•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Irina Mysliakovskaia en maison de transition

Irina Mysliakovskaia et son avocat, Maurice Biron
Irina Mysliakovskaia et son avocat, Maurice Biron
Radio-Canada

Irina Mysliakovskaia vient d'obtenir sa semi-liberté, après avoir passé moins de 14 mois derrière les barreaux.

La dame, qui a écopé d'une peine de 4 ans de prison l'an dernier pour avoir causé la mort de Katherine Beaulieu en 2010, a convaincu les commissaires de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) qu'elle méritait d'aller en maison de transition.

Elle devra se présenter à nouveau devant les commissaires dans 6 mois puisqu'elle n'a pas réussi à obtenir la confirmation de sa libération conditionnelle.

Pour la mère de Katherine Beaulieu, Lise Lebel, il s'agit d'une petite victoire même si elle aurait préféré qu'elle reste en prison. « Les commissaires nous ont quand même laissé sous-entendre qu'au bout de ces 6 mois là, elle va être réévaluée puis si son cas n'est pas mieux, si elle n'est pas apte, ça va être un autre 6 mois en maison de transition », a expliqué Mme Lebel.

Le meilleur scénario pour une situation comme la nôtre, c'est que madame serait restée en pénitencier.

Lise Lebel. mère de Katherine Beaulieu

Irina Mysliakovskaia était entrée en collision avec la voiture de Katherine Beaulieu sur l'autoroute 55, en mai 2010, ce qui avait entraîné la mort de la jeune femme de 21 ans.

À la suite d'un long procès, Mme Mysliakovskaia avait été reconnue coupable des trois chefs d'accusation déposés contre elle, soit conduite avec les facultés affaiblies causant la mort, conduite dangereuse causant la mort et conduite d'un véhicule avec un taux d'alcool dépassant la limite permise.

Justice et faits divers