•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une soixantaine d'otages de Boko Haram s'échappent

Rachel Daniel, 35 ans, montre la photo de fille, Rose Daniel, 17 ans, enlevée par Boko Haram en avril.

Rachel Daniel, 35 ans, montre la photo de fille, Rose Daniel, 17 ans, enlevée par Boko Haram en avril.

Photo : ? Joe Penney / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une soixantaine de femmes et de jeunes filles enlevées le mois dernier au Nigeria par le groupe Boko Haram ont réussi à échapper à leurs ravisseurs.

Elles avaient été enlevées par le groupe islamiste lors d'attaques menées dans un village qui avaient duré plusieurs jours.

Selon une source sécuritaire, elles ont profité de l'absence de leurs ravisseurs pour s'échapper.

En tout, 63 des 68 femmes enlevées et prises en otage lors de raids contre des villages en juin ont réussi à s'évader.

Les rebelles islamistes qui les détenaient étaient partis attaquer une base militaire dans la localité de Damboa, dans le nord-est du pays, lorsqu'elles ont décidé de prendre la fuite.

Cette attaque aurait d'ailleurs coûté la vie à au moins 53 insurgés, selon l'armée nigériane.

On est toujours sans nouvelle toutefois des 200 jeunes femmes enlevées à Chibok, en avril dernier. Une nouvelle qui avait bouleversé la communauté internationale.

Boko Haram est une secte islamiste armée qui lutte depuis cinq ans pour l'instauration d'un État islamique dans le nord du Nigeria. Les attaques du groupe ont fait des milliers de morts dans le pays. Plus de 2500 personnes auraient été tuées par Boko Haram depuis le 1er janvier dernier.

Notre dossier
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !