•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les emprunts hypothécaires des ménages ont ralenti en mai

Les pancartes d'agents immobiliers se multiplient à Québec.

Les pancartes d'agents immobiliers se multiplient à Québec.

La Presse canadienne

Les Canadiens ont ralenti la cadence de leurs emprunts destinés à l'achat d'actifs immobiliers, a indiqué vendredi la Banque Royale, ce qui atténue l'inquiétude vis-à-vis de la vulnérabilité des ménages.

Le rapport de la Royale note que l'accumulation de la dette d'ensemble des ménages est restée stable en mai, avec une croissance de 4,2 %, soit environ le même niveau que pour les trois derniers mois.

La dette hypothécaire s'est établie à 1230 milliards de dollars, sa croissance annualisée ayant légèrement ralenti à 5,0 %, par rapport à 5,1 % en avril.

Mais les ménages ont accentué leurs emprunts non hypothécaires, a poursuivi la banque, au rythme de 2,2 %, comparativement à 2,0 % en avril.

Selon la Banque Royale, la cadence de l'accumulation de la dette d'ensemble devrait rassurer la Banque du Canada, qui a déjà indiqué que l'endettement des ménages était le principal risque au système financier et à l'économie.

Avec un endettement qui devrait se modérer davantage, la vulnérabilité des ménages face au surendettement s'atténue, a estimé la Royale, ce qui ouvre la voie à la banque centrale pour hausser ses taux d'intérêt d'ici la mi-2015.

Entre-temps, les emprunts des entreprises ont continué de sa raffermir en mai. Leur dette à court terme a augmenté au rythme de 10,6 %, comparativement à 9,6 % en avril.

Économie