•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaissement de la 148 : la circulation se fera en alternance

Une vue aérienne de l'endroit où l'effondrement a eu lieu.
Une vue aérienne de l'endroit où l'effondrement a eu lieu sur la route 148. Photo: Courtoisie de Marc Racine

Transports Québec a terminé, vendredi après-midi, l'aménagement d'une voie de contournement autour du trou de 10 m de diamètre sur la route 148, près de Luskville.

Le nouveau chemin de déviation sera beaucoup plus court que celui que devaient emprunter les automobilistes, jeudi. Ce détour nécessitait près d'une heure pour être effectué.

La nouvelle voie de contournement sera contrôlée par un feu de circulation temporaire dans le but d'assurer le passage en alternance des véhicules.

La patience est de mise

La réparation complète de la chaussée pourrait prendre de 4 à 6 semaines selon la porte-parole du ministère des Transports, Karine Sauvé.

« On parle de travaux majeurs, donc on doit complètement remplacer le ponceau qui s'est effondré », explique-t-elle.

Les travaux n'avancent pas assez rapidement selon le maire de la municipalité de Pontiac, Roger Larose. « Pour nous, la 148, c'est la seule voie d'accès qu'on a », précise-t-il.

Le maire de Pontiac affirme d'ailleurs que le ministère était au courant des problèmes avec ce ponceau et promet de faire le suivi auprès du député André Fortin. Il déplore que le ministère agisse lorsque de telles situations se produisent plutôt que de les prévenir.

L'économie locale en souffre

Des commerçants disent perdre plus de la moitié de leur chiffre d'affaires depuis l'affaissement de la chaussée, mercredi.

Louis-Henri Vaillant, propriétaire d'une quincaillerie qui a pignon sur rue sur la 148 donne l'exemple des entrepreneurs qui transportent du gravier tous les jours sur cette route et qui ne peuvent plus le faire.

On ne peut pas fonctionner, la route 148 c'est notre cœur! Puis là le sang arrête de couler.

Louis-Henri Vaillant, propriétaire d'une quincaillerie

« On est une des plus belles régions du Québec. Méconnue, on est à l'extrémité, et je trouve ça frustrant qu'on aille des infrastructures qui sont laissées aller », déplore-t-il.

Les résidents du secteur qui travaillent en ville sont aussi pénalisés en raison du long détour à emprunter, affirme le maire.

La municipalité rappelle que de nombreuses entreprises et attractions tout au long de la route 148 demeurent tout de même ouvertes.



Ottawa-Gatineau

Transports