•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retraite des policiers : casquettes et jeans en guise de protestation

Les policiers de Montréal changent d'approche pour dénoncer le projet de loi sur les régimes de retraite explique Karine Bastien.

Les policiers porteront dès vendredi la casquette rouge, ainsi que le jeans ou un pantalon de couleur en signe de protestation contre le projet de loi sur les régimes de retraite, a annoncé jeudi le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur. 

Cette nouvelle tenue viendrait remplacer l'uniforme régulier, bleu et noir, que portent habituellement les policiers de Montréal.

Le projet de loi qui établit des balises sur la question des déficits des régimes de retraite des employés municipaux est, selon les policiers, « totalement inacceptable ».

« On veut augmenter la cotisation de chaque policier de Montréal de 114 $ par semaine, soit l'équivalent de 6000 $ par année, alors que notre fonds de pension est en surplus », a souligné M. Francoeur dans un communiqué rendu public jeudi, à l'issue d'une importante assemblée de la structure syndicale.

Lors d'un court point de presse jeudi, M. Francoeur a réitéré qu'il était prêt à discuter avec le maire Denis Coderre, dont il déplore le « silence radio ». « On n'a pas de vis-à-vis avec lequel s'asseoir », a-t-il affirmé.

Le régime de retraite des policiers est financé à 77 % par les contribuables. Le nouveau projet de loi propose plutôt un partage égal du régime entre les employeurs et les employés.

« Peu importe si les gens pensent que les policiers sont privilégiés, faire 30 ans dans un véhicule de police à côtoyer la misère humaine, [....] je m'excuse, mais tu ne peux pas faire ça 35-40 ans », a fait valoir Yves Francoeur.

Deux semaines après une bruyante manifestation des employés municipaux devant l'hôtel de ville, M. Francoeur a assuré jeudi que les moyens de pression utilisés par la Fraternité n'allaient pas affecter les services à la population.

Grand Montréal

Société