•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSDM demande la permission de faire un déficit

Une professeure aide une élève.

Une professeure aide une élève. (archives)

Photo : Godefroy Macaire Chabi

Radio-Canada

Dans une situation budgétaire difficile, la Commission scolaire de Montréal demande au gouvernement la permission de faire un déficit plutôt que de couper davantage de services aux élèves.

C'est la position qu'a adoptée mercredi soir la direction de la CSDM lors d'une session extraordinaire.

Après avoir imposé des compressions budgétaires de 11 millions de dollars l'an dernier à la CSDM, Québec a encore sabré cette année dans le budget de la commission scolaire en y retranchant 15 millions de dollars de plus.

Or, la CSDM n'a réussi qu'à faire des compressions de 2,5 millions de dollars, ce qui est loin de ce qu'il fallait pour atteindre l'équilibre budgétaire.

Devant un tel manque à gagner, la CSDM a pris la décision de demander au gouvernement du Québec la permission de présenter un exercice financier déficitaire pour l'année 2014-2015, ce qui est contraire à la loi.

Selon la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, les compressions budgétaires ont atteint leurs limites.

« Ce qui nous inquiète à long terme c'est qu'il y a eu beaucoup de compressions dans les commissions scolaires au Québec, et là on a atteint le point de non-retour. Nous sommes à des frais administratifs de 4% et on ne veut plus aller vers des compressions qui vont avoir un impact sur les élèves, sur l'appui à la réussite. », explique la présidente de la CSDM.

Dans le premier budget qu'il a présenté, en juin dernier, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, impose des réductions budgétaires de 150 millions de dollars aux commissions scolaires, ce qui ouvre la voie à de nouvelles augmentations de taxes scolaires pour les parents.

Le gouvernement Couillard n'a pas encore répondu à la requête de la CSDM.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société