•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Moncton : Justin Bourque subira une évaluation psychiatrique

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Dessin représentant Justin Bourque

Dessin représentant Justin Bourque lors de sa comparution au palais de justice de Moncton.

Photo : La Presse canadienne / Carol Taylor

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Justin Bourque, l'homme accusé du meurtre d'agents de la GRC à Moncton, en juin, devra subir une évaluation psychiatrique.

L'accusé a comparu en cour, au palais de justice de Moncton, jeudi après-midi. Son avocat, Me David Lutz, a demandé la tenue d'une évaluation psychiatrique. Le juge a accepté. L'évaluation aura lieu au Centre de rétablissement Shepody, à Dorchester. Bourque devra se présenter à nouveau en cour le 31 juillet.

Au cours de sa courte comparution, Justin Bourque, 24 ans, a jeté un regard vers la salle d'audience. Son père et ses sœurs étaient présents. Ni le père de Bourque ni son avocat n'ont fait de commentaires en quittant le palais de justice.

Il s'agissait de la première comparution de Justin Bourque depuis que trois chefs d'accusation de meurtre au premier degré et deux de tentative de meurtre ont été portés contre lui.

Le 4 juin dernier, trois agents de la GRC ont été abattus et deux autres ont été blessés. Tout un quartier de la ville avait été le théâtre d'une chasse à l'homme d'une trentaine d'heures. L'opération policière s'est terminée par l'arrestation de l'accusé. Les résidents du quartier étaient restés enfermés chez eux tout ce temps.

Le procès touchera les résidents de Moncton, selon un expert. « Alors, ça va sûrement raviver des plaies au sein de la population, définitivement, mais également, ça peut aider aussi les gens à mieux se sentir. La judiciarisation du processus aide les gens à retrouver un sentiment de justice et d'équité », explique Christophe Fortin, chercheur postdoctoral au Centre d'étude sur le trauma, à Montréal.

Les deux procureurs de la Couronne dans cette affaire sont de l'extérieur de Moncton. Il s'agit de Mes Cameron Gunn et P. J. Veniot.

Me David Lutz est un avocat de longue date de la région de Saint-Jean.

Lors de la première comparution du suspect, aucun avocat n'avait demandé d'évaluation psychiatrique.

Notre dossier

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.