•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Bolduc corrige le tir; il n'en demandera pas plus aux étudiants

Yves Bolduc (archives)

Yves Bolduc (archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Après avoir laissé entendre mercredi matin qu'une hausse des droits de scolarité pourrait survenir d'ici deux ans, le ministre de l'Éducation du Québec, Yves Bolduc, précise sa pensée : le gouvernement libéral n'a pas l'intention d'augmenter ces frais durant son mandat.

On peut garantir aux étudiants que pour les quatre prochaines années, l'augmentation des frais sera en fonction du coût de la vie ou de l'indexation selon l'évolution des revenus disponibles des ménages. On a eu des clarifications à ce niveau-là, donc on peut confirmer. 

Yves Bolduc

L'augmentation représentera donc environ 2,2 % cette année, comme prévu par le gouvernement précédent du Parti québécois. 

« On veut rassurer, parce que les questions de l'opposition ont suscité de l'inquiétude », a-t-il ajouté, lors de ses remarques finales en commission parlementaire pour l'étude des crédits du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science.

Le ministre a consulté le bureau de Philippe Couillard avant d'apporter ces précisions.

Le ministre Bolduc affirmait plus tôt mercredi ne pas pouvoir prédire les conditions budgétaires qui prévaudront dans trois ou quatre ans. « Ce serait irresponsable de la part d'un gouvernement de commencer à donner ses orientations pour quatre, cinq ou six ans », avait-il déclaré au sujet de l'augmentation des droits de scolarité.

La porte-parole péquiste en matière d'Éducation, Véronique Hivon, s'était alors dite stupéfaite du refus du ministre de s'engager à arrimer les hausses des droits de scolarité sur l'indice des prix à la consommation, comme promis par le gouvernement péquiste. « Je suis très étonnée, voire inquiète de la réponse du ministre. »

Les associations étudiantes, qui étaient sous le choc mercredi matin, se montrent maintenant rassurées. « Nous nous réjouissons que le ministre Bolduc démontre ainsi une sensibilité à nos revendications », ont déclaré conjointement par communiqué la Fédération étudiante collégiale du Québec et la Fédération étudiante universitaire du Québec, qui représentent plus de 200 étudiants. Elles s'engagent aussi à garder le gouvernement Couillard à l'oeil.

Politique