•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille rom demande à Ottawa de surseoir à sa déportation

La famille Buzas pourrait être déportée vers la Hongrie jeudi prochain.

Radio-Canada

Solidarité sans frontières demande au gouvernement fédéral d'empêcher la déportation d'une famille rom établie à Montréal depuis trois ans. Les parents et leurs trois enfants affirment avoir quitté la Hongrie pour fuir la violence.

Les Buzas devraient être expulsés du Canada jeudi prochain, même si leur demande de résidence permanente est toujours en traitement.

Amnistie internationale dénonçait en avril dernier la violence croissante en Europe contre les Roms, notamment depuis la montée des partis politiques de droite. Mais le gouvernement Harper estime que la Hongrie demeure un pays sécuritaire.

Le deuxième parti le plus important en Hongrie est d'extrême droite, dont l'une des rhétoriques est anti-Rom.

Dafina Savic, directrice exécutive de Romanipe

Après le refus d’Ottawa de leur accorder le statut de réfugiés, la famille Buzas a fait une demande de résidence permanente. Or, le traitement de leur dossier a tellement tardé qu'une agente de l'immigration a fixé la date de la déportation pour le 3 juillet, avant même qu'une décision ne soit rendue.

Le dernier recours demeure une requête en sursis devant le gouvernement fédéral, explique l'avocat de la famille Buzas, Éric Taillefer.

L’avocat des Buzas interpelle également le ministre fédéral de l’Immigration, qui peut se prévaloir de son pouvoir discrétionnaire pour éviter la déportation à cette famille.

D'après un reportage de Pascal Robidas

Grand Montréal

Nouveaux arrivants