•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Épilepsie Outaouais lance un nouveau cri du cœur

logo_epilepsie_outaouais
Le logo d'Épilepsie Outaouais. Photo: Épilepsie Outaouais

Les mesures d'austérité annoncées à l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Outaouais continuent de faire réagir des organismes de la région.

Parmi eux, Épilepsie Outaouais craint de devoir fermer ses portes. La directrice de l'organisme aurait souhaité que son budget de 74 000 dollars soit augmenté, puisque cette somme n'est plus suffisante pour que l'organisme poursuive ses opérations.

Cet organisme offre plusieurs services spécialisés de première ligne, comme de l'aide psychologique.

Suzanne Guérin, directrice et seule employée d'Épilepsie Outaouais, ne croit pas que le système de santé pourra récupérer les usagers de son organisme, si celui-ci ferme ses portes.

« Quand on leur dit d'aller s'adresser aux CLSC locaux, ils se font dire que leur cas n'est pas prioritaire, parce que ce n'est pas une urgence, dit-elle. Ensuite, quand ils ont un rendez-vous, après un an ou un an et demi, bien souvent les intervenants ne savent pas quoi faire avec l'épilepsie, parce que c'est spécialisé ».

Suzanne Guérin mentionne aussi que selon elle, l'offre de service demeure insuffisante. Même quand les usagers arrivent à obtenir des soins, ils se limitent à une dizaine de rencontres, selon elle.

Épilepsie Outaouais évalue à 3600 le nombre de personnes qui sont atteintes d'épilepsie dans la région, mais ne peut en aider qu'une trentaine.

Par ailleurs, si sa situation financière ne s'améliore pas, l'organisme a déjà annoncé qu'il devra fermer ses portes, en septembre.

Épilepsie Outaouais affirme qu'elle prépare un « grand coup », en septembre. Elle tentera, avec d'autres organismes communautaires, de sensibiliser la population et le gouvernement à l'importance d'un financement suffisant.

Ottawa-Gatineau

Santé publique