•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook a manipulé les émotions de milliers d’utilisateurs

Photo : Joerg Koch/AP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le géant des réseaux sociaux Facebook, qui compte plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde, a permis à des chercheurs de manipuler les fils de nouvelles de près de 700 000 personnes afin de conduire une étude sur la « contagion émotionnelle ».

Pendant une semaine de janvier 2012, a-t-on appris par une publication scientifique américaine de la mi-juin, des chercheurs des universités Cornell et de Californie à San Francisco ont cherché à savoir si la teneur des messages publiés par les internautes pouvait influencer les humeurs de leurs « amis ».

Ils ont ainsi modifié les fils de nouvelles en filtrant les messages contenant des mots positifs et négatifs prédéfinis. Un groupe a été soumis à un nombre plus élevé de messages positifs, un autre a subi une majorité de « statuts » négatifs. Plus de trois millions de messages ont été analysés.

Conclusion? Les personnes exposées à du contenu positif se sont mises à publier du contenu positif, et inversement. « Ces résultats montrent la réalité d’une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux », déclarent conséquemment les auteurs.

Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre (…), conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes.

Une citation de :Les auteurs de l’étude

Une étude qui fait réagir

Le dévoilement de ces résultats ne s’est pas fait sans soulever bien des sourcils à travers la toile, certains internautes publiant des statuts fortement négatifs.

On a ainsi pu lire, entre autres, que la méthode utilisée pour conduire l’étude était « démoniaque », ou, à tout le moins, « alarmante ». Un internaute a exprimé son « trouble profond ».

C’est juste énorme comme manipulation de masse

Une citation de :@Geekenvrac

Les universités qui ont mené l’étude ont approuvé la tenue de ces études, parce que « Facebook, apparemment, manipule systématiquement le contenu des informations diffusées. »

« Nous faisons des recherches pour améliorer nos services [...] et une grande partie consiste à comprendre comment les gens répondent à différents contenus positifs ou négatifs », a pour sa par indiqué Isabel Hernandez, porte-parole de Facebook.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Huffington Post

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !