•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour la Suisse, oublier 2010

Wilson Palacios, du Honduras

Wilson Palacios, du Honduras

Photo : Getty Images / Paul Gilham

Agence France-Presse

La Suisse doit éviter mercredi, à Manaus, en clôture du groupe E de la Coupe du monde que se reproduise le scénario de 2010. En Afrique du Sud, le Honduras, son adversaire du jour, l'avait justement éliminée.

Jusque-là, l'aventure des joueurs d'Ottmar Hitzfeld a en effet un petit air de déjà vu : une victoire en entame, puis une défaite qui les oblige à se retrousser les manches au dernier match.

En 2010, le Honduras avait accroché 0-0 la Suisse et cela avait suffit à éliminer l'actuel numéro 6 mondial au classement de la FIFA.

Pourtant, ce deuxième match entre les deux nations ne se présente pas idéalement pour les Européens, rossés 5-2 par la France. De quoi mettre sous pression leur sélectionneur avant son 60e match.

Si les joues sont encore rouges, les têtes seront-elles remises pour ce duel à quitte ou double?

Actuel 3e du groupe, la Suisse peut s'en sortir cette fois avec une défaite, mais elle peut aussi être éliminée avec une victoire, puisque l'Équateur la devance à la différence de but (0 contre 2).

Il ne devrait pourtant pas y avoir de révolution dans l'équipe. Elle s'est retrouvée menée à la mi-temps les deux fois précédentes, mais a inscrit 3 de ses 4 buts dans les 10 dernières minutes.

Von Bergen blessé, Senderos pourrait le remplacer dans la défense centrale. En milieu de terrain, Shaqiri, 9 buts en 35 sélections à 22 ans, est enfin prêt pour être à la hauteur de l'événement.

« Chacun peut nourrir de grands rêves, mais nous devons d'abord faire nos petits devoirs, et c'est battre le Honduras et montrer la volonté qu'on a déjà su montrer », dit bien Blerim Dzemaili.

L'équipe, qui vient d'accorder en 2014 autant de buts que lors des neuf matchs précédents, n'a toutefois perdu aucune de ces trois rencontres à ce niveau contre un représentant de la CONCACAF.

En face, cela tombe bien, il faudrait un miracle pour que celui-ci, qui à six reprises n'a jamais dominé un Européen, atteigne le tour suivant.

Une large victoire et des prières envoyées aux Bleus sont pour cela indispensables. Le Honduras reste sur quatre matchs sans but marqué contre des adversaires de l'UEFA. Heureusement que Costly a inscrit contre l'Équateur le premier but de son pays au Mondial depuis 1982!

Cela n'a cependant pas empêché la défaite (2-1), mais n'a pas aggravé la différence de buts (-4).

« Il faut prendre des risques, car on doit gagner, a rappelé le meneur Palacios, de retour de suspension. Mais la Suisse ne veut pas perdre non plus, donc ce sera très compliqué. »

Sa sélection nationale est pourtant avant toute chose une équipe rugueuse qui sait bien défendre quand la situation l'exige. Derrière, elle sera dirigée par l'imposant Bernardez et Figueroa, qui avait grandement contribué à vaincre la Nati en 2010.

Le petit pays, qui fête seulement sa troisième apparition, attend pourtant depuis huit longues rencontres une victoire au Mondial.

Soccer

Sports