•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Wilfried Bony (gauche), Didier Drogba (centre) et Salomon Kalou (droite) célèbrent le premier but des Ivoiriens.

Wilfried Bony (gauche), Didier Drogba (centre) et Salomon Kalou (droite) célèbrent le premier but des Ivoiriens.

Photo : Getty Images / Matthias Hangst

Radio-Canada

La Côte d'Ivoire n'a plus qu'un petit effort à faire mardi contre la Grèce, à Fortaleza, afin de se qualifier pour le premier tour éliminatoire.

Les Éléphants pourraient réussir ce tour de force pour la première fois de leur histoire en dépit de la forme incertaine de joueurs vedettes comme Yaya Touré et Didier Drogba.

Malgré leur revers de 2-1 face à la Colombie, les Ivoiriens restent en effet les mieux placés du groupe C pour rejoindre les Cafeteros dans les huitièmes de finale.

Un succès contre les Grecs les qualifierait ainsi à coup sûr, et même un match nul aurait de fortes chances d'être suffisant.

S'il advient que les deux formations se livrent un verdict nul, il faudrait que les Japonais battent la Colombie avec deux buts d'écart ou bien qu'ils marquent trois buts de plus que la Côte d'Ivoire pour que les Africains soient éliminés.

La sélection ivoirienne s'est retrouvée dans un groupe accessible pour la première fois depuis fort longtemps. Et c'est pourquoi elle visait ouvertement la phase éliminatoire, qu'elle n'a jamais visitée en deux participations. Les Éléphants doivent maintenant terminer la besogne.

« Ils ont tous envie de rentrer dans l'histoire. Nous avons fait 40 jours de préparation, nous avons 2 ans de travail en commun, a assuré le sélectionneur Sabri Lamouchi. Et je ne les ai jamais vus aussi bien travailler. »

« Se qualifier, on ne l'a jamais fait. On veut donner cette joie », a pour sa part rappelé le défenseur Serge Aurier, excellent depuis le début du tournoi.

Pour atteindre leur objectif, les joueurs de Lamouchi vont encore s'appuyer sur la vitesse et la fantaisie de Gervinho, mais aussi sur un impact physique.

La puissance ivoirienne est traditionnellement incarnée par le capitaine Yaya Touré. Mais celui qui s'est blessé en fin de saison avec Manchester City ne joue pour l'instant qu'à 50 ou 60 % de ses moyens.

Lui et son frère aîné Kolo ont d'ailleurs appris cette semaine le décès de leur frère Oyala Ibrahim, mort à 28 ans d'un cancer.

Les deux hommes sont tout de même restés au Brésil. Kolo devrait remplacer en défense centrale Didier Zokora, suspendu après avoir reçu deux cartes jaunes.

Les cas Drogba et Bony

Remplaçant lors des deux premières rencontres, Drogba, qui lui non plus n'est pas au sommet de sa forme, se contentera-t-il longtemps d'un rôle de joker?

Et le costume d'avant-centre titulaire n'est-il pas dans ces conditions trop large pour Wilfried Bony, buteur face au Japon, mais globalement décevant dans son jeu?

« Moi, je sais ce que je vais faire. Mais j'ai la chance de pouvoir compter sur 23 Ivoiriens », a tout simplement répondu Lamouchi.

« Il n'y a pas de problème dans l'équipe. Didier fait partie du collectif. Sur le banc il encourageait aussi, c'est un grand homme, il sait gérer ces moments-là. C'est sûr que quand il rentre, il nous apporte un plus », a ajouté Aurier.

En plus de leurs problèmes internes, les Ivoiriens devront aussi gérer la Grèce, qui n'a pour l'instant strictement rien montré, mais qui est toujours en vie en raison du match nul qu'elle a arraché aux Japonais (0-0).

Et les Grecs ne sont finalement pas si loin de la qualification. S'ils défont les Ivoiriens et que le Japon ne parvient pas à vaincre la Colombie, ce sera la troupe de Fernando Santos qui aboutira au premier tour éliminatoire.

Avec les informations de Agence France-Presse

Soccer

Sports