•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'École des Ursulines tourne une page d'histoire

Le Fort Gibraltar a été reproduit en Playmobil.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après 375 ans d'histoire, l'École des Ursulines de Québec et de Loretteville, l'une des dernières écoles dirigées par des religieux à Québec, est confiée à une corporation laïque.

La passation des pouvoirs à une corporation laïque s'est faite officiellement lundi matin lors d'une cérémonie remplie d'émotion.

La grande mission de l'école qui s'est poursuivie jusqu'à présent prend ainsi un autre déploiement, mentionne Pauline Duchesne, supérieure provinciale des Ursulines de la province de Québec.

« On a dû en arriver là bien sûr parce que la situation au Québec et dans les communautés religieuses a changé beaucoup depuis une cinquantaine d'années. Actuellement, nos religieuses n'enseignent plus à l'école d'une façon régulière », explique-t-elle.

Seules trois religieuses travaillent encore à l'accueil ou en orthopédagogie dans cette plus vieille institution d'éducation et d'enseignement en Amérique du Nord, qui était réservée aux jeunes filles.

Un protocole d'entente a été signé pour que les valeurs de la communauté des Ursulines continuent d'être véhiculées, souligne Mme Duchesne.

« Des valeurs d'unité, de relations fondées sur l'amour, alors on voulait que ça continue et que ça soit une école à caractère chrétien, peut-être pas catholique, mais on veut que les valeurs qui sont les nôtres demeurent », dit-elle.

L'enseignement religieux catholique continuera d'être dispensé dans cette école à raison de 30 minutes par semaine, en plus des cours d'éthique du ministère de l'Éducation.

La corporation laïque devra aussi offrir l'animation pastorale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !