•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveaux moyens de pression pour les ambulanciers d'Urgences-santé

Photo: Archivos Radio Canadá
Radio-Canada

Les ambulanciers d'Urgences-santé, qui oeuvrent dans les régions de Montréal et Laval, ont officiellement entrepris de nouveaux moyens de pression dans la nuit de samedi à dimanche : ils ne facturent plus pour les cas graves sur lesquels ils interviennent après un délai de 15 minutes entre l'appel logé au 911 et l'arrivée d'une ambulance sur le lieu d'un événement.

Cette mesure compliquera le recouvrement des sommes non perçues par Urgences-Santé, sans toutefois affecter les patients, expose le syndicat du Préhospitalier-CSN par voie de communiqué.

Il s'agit d'un moyen de pression pour attirer l'attention sur la nécessité de combler le manque de ressources Montréal et à Laval, dit le syndicat.

« Les délais pour l'arrivée d'une ambulance s'allongent. Et on fait de plus en plus de longues distances, ce qui génère un stress évident pour nous parce qu'on part de très loin, parce qu'on est la seule ressource », explique Réjean Leclerc, président du syndicat.

On se retrouve dans une position où on porte l'odieux de devoir se dépêcher alors qu'on est déjà en retard, l'appel est déjà en attente.

Réjean Leclerc

Les ambulanciers demandent qu'une quarantaine de postes à temps complet soient créés.

« Des vies ont été et sont encore en danger simplement parce qu'on ne veut pas injecter les sommes nécessaires. Pourtant, on maintient toujours en poste une douzaine de cadres supplémentaires depuis plus de trois ans, ce qui représente des frais de plus d'un million de dollars annuellement. Ces ressources pourraient faire toute la différence si elles étaient mises sur les routes », affirme M. Leclerc.

Le syndicat des ambulanciers n'est pas en période de négociation en ce moment pour le renouvellement de sa convention collective. « On ne cherche pas à obtenir des gains de conditions de travail », dit M. Leclerc. « On constate la détérioration du service à certains égards ».

Les ambulanciers demandent au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d'intervenir rapidement pour corriger la situation.

Urgences-Santé « déplore l'attitude » du syndicat

Pour sa part, la Corporation d'Urgences-santé dénonce, dans un communiqué de presse, ces moyens de pression, même si elle admet que les « équipes de techniciens ambulanciers paramédics d'Urgences-santé sont effectivement très sollicitées. »

À ce sujet, le chef des relations de travail chez Urgences-Santé, Stéphane Labrèche, indique qu'un plan d'action visant à maximiser l'offre de service doit être déposé au ministère de la Santé lundi prochain. Selon M. Labrèche, lors de recontres entre le syndicat et Urgences-Santé, « jamais [...] les représentants du syndicat n'ont évoqué comme solution formelle la nécessité de l'ajout de personnel techniciens ambulanciers paramédics ».

La Corporation affirme qu'elle a embauché en moyenne 75 techniciens ambulanciers paramédics par année, depuis quatre ans, et a augmenté de 18 % le nombre d'heures travaillées sur le terrain. Le nombre de transports par quart de travail serait resté stable depuis 2009 grâce à ces mesures, ajoute Urgences-Santé.

Société