•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travaux routiers : l'élargissement de l'autoroute Henri-IV attendra 2018

Le ministre Sam Hamad a annoncé les investissements routiers pour les deux prpchaines années.

Le ministre Sam Hamad a annoncé les investissements routiers pour les deux prpchaines années.

Radio-Canada

Les travaux d'élargissement de l'autoroute Henri-IV ne s'amorceront pas avant 2018, estime le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, qui a confirmé ce matin les investissements routiers pour la Capitale-Nationale de 2014 à 2016.

Québec investira dans la région 335,9 millions de dollars d'ici 2016 pour des travaux d'asphaltage et de structure, notamment. Les investissements serviront à la réalisation de 142 chantiers routiers dont :

  • la reconstruction de quatre ponts d'étagement sur l'autoroute Henri-IV, au-dessus de la rue Rideau ainsi qu'au-dessus de la rivière Lorette (travaux préparatoires cette année);
  • le réaménagement de l'échangeur des autoroutes Félix-Leclerc et Laurentienne (travaux préparatoires cette année);
  • la réfection d'un pont sur la rue Saint-Philippe, au-dessus de la rivière Malbaie à Clermont;
  • la construction d'un pont sur le chemin de Gosford au-dessus de la rivière Jacques-Cartier à Shannon.

Le début des travaux d'élargissement de l'autoroute Henri-IV de même que la construction du nouveau pont de l'île d'Orléans devront attendre 2018. Les deux projets actuellement à l'étude devront franchir plusieurs étapes, explique le ministre Hamad.

 L'étude d'opportunité, c'est 2016, et par la suite, c'est les études plus détaillées d'ingénierie et l'estimation de la construction après. 

Sam Hamad, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale
L'élargissement de l'autoroute Henri-IV est attendu dans la région de Québec.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'élargissement de l'autoroute Henri-IV est attendu dans la région de Québec.

L'étude d'opportunité permettra de déterminer avec plus de précision les échéanciers et les coûts de l'élargissement de l'autoroute. Une fois amorcés, les travaux pourraient durer de 8 à 10 ans, souligne le ministre.

« Selon les estimations très préliminaires, on parle de 400, 500 millions et on ne peut pas dépenser 500 millions en une année. L'exemple idéal à prendre c'est Robert-Bourassa, 250 millions et ça a duré 6 ans. »

Le projet d'élargissement prévoit notamment l'aménagement d'une voie réservée au covoiturage pour les véhicules transportant deux personnes et plus.

Québec

Économie