•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Planter des saules pour décontaminer des terrains industriels

Boisé Pilon à Longueuil, un ancien dépôt de déchets industriels

Boisé Pilon à Longueuil, un ancien dépôt de déchets industriels

Photo : Marie-Ève Maheu

Radio-Canada

La Ville de Longueuil lance un projet-pilote cet été qui lui permettra de décontaminer un terrain bourré de métaux lourds en plantant des saules. Le potentiel est grand. Seulement à Montréal, on retrouve plus d'un millier de terrains contaminés. Mais surtout le coût de cette méthode est nettement moins grand que l'excavation. 

Un texte de Marie-Ève MaheuTwitterCourriel

C'est dans le boisé Pilon, un ancien dépôt de déchets industriels, qu'on prépare la plantation de 1500 boutures de saules sur 1000 mètres carrés. « Les saules avec le mélange de champignons et de bactéries vont récupérer les contaminants du sol lors de leur croissance. Et puis, en coupant le saules, on va récupérer les métaux absorbés par la plante, et le saule va repousser la saison suivante », explique le biologiste à la Ville de Longueuil Christian Barrette.

On étêtera  les arbres chaque année durant 5, 10, 15 ou 20 ans, selon le niveau de contamination.

L'avantage de cette méthode est surtout le coût. Il en coûte des dizaines de milliers de dollars pour planter et disposer des saules, plutôt que des millions lorsqu'il faut se débarrasser de tonnes de terre contaminée en excavant le terrain. 

« Ça ne coûte pas cher, mais le temps de réhabilitation est très long. Par contre, on peut développer cette méthode-là pour réhabiliter des terrains qui sont abandonnés depuis plusieurs décennies », dit M. Barrette. 

Le professeur à l'Institut de recherche en biologie végétale de l'Université de Montréal Mohammed Hijri est à la tête du projet. Il peaufine cette technique, la phytoremédiation, depuis des années.

« C'est une méthode qui a fait ses preuves, dit-il. Dans certains cas, ça marche très très bien, dans d'autres, ça marche un peu moins bien, et c'est toujours ce qu'on essaie  de comprendre. »

Le projet de Longueuil permettra de tester l'ajout de champignons et de bactéries à la racine des saules pour accélérer l'absorption des métaux lourds. 

Environnement