•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie Est : des scientifiques des quatre coins du globe interpellent le premier ministre Harper

Photo: Associated Press
Radio-Canada

Le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada fait tomber les frontières. La Société pour les mammifères marins dénonce, dans une lettre envoyée au premier ministre Stephen Harper, le projet de terminal maritime pétrolier que souhaite construire la compagnie albertaine, à Cacouna.

Près de 2000 scientifiques de 60 pays sont membres de la Société pour les mammifères marins.

Dans la lettre, la présidente de la Société, Helene Marsh, met en garde de premier ministre canadien contre les répercussions que pourrait avoir un tel projet sur la population de bélugas.

Port de CacounaPort de Cacouna Photo : Danny Braün

On peut lire qu'un tel terminal pourrait amener une dégradation de l'environnement physique et sonore de ce secteur du fleuve.

« Les membres de notre Société, possédant de vastes compétences en biologie et en conservation des bélugas, considèrent la construction et l’opération d’un terminal pétrolier dans l’habitat critique d’une petite population de bélugas en déclin incompatible avec le programme de repeuplement des bélugas du Saint-Laurent [Recovery Strategy, publié en 2012 par Pêches et Océans Canada] », écrit la Société.

Le port de Gros-Cacouna est reconnu comme la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent.

Les bélugas du Saint-Laurent sont la population la plus au sud de cette espèce emblématique, qui a une importance symbolique et économique au Québec et au Canada

Société pour les mammifères marins

Le président du Groupe de recherche sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, salue la lettre qu’il a lui-même endossée en tant que membre.

« Ce qu’elle [la lettre] signifie pour moi, c’est que la communauté scientifique évalue et s’exprime très clairement sur l’importance de consulter les connaissances scientifiques disponibles », mentionne Robert Michaud.

Des connaissances disponibles que le gouvernement conservateur a entre les mains. Pour le président du GREMM la population des bélugas du Saint-Laurent est l’une des plus connues grâce au travail de groupes et surtout grâce aux recherches de Pêches et Océans Canada.

Les impacts d’un tel projet pourraient précipiter le déclin de la population des bélugas

Robert Michaud, président du GREMM

La ministre des Pêches et Océans, Gail Shea, le premier ministre québécois Philippe Couillard et le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, recevront aussi ce document dans leur boîte aux lettres.

Projet d'oléoduc Énergie Est

TransCanada prévoit construire un port pétrolier à Cacouna. Un tronçon d'oléoduc doit traverser le Kamouraska et le Témiscouata. 

L'oléoduc de 4600 kilomètres transporterait quotidiennement plus d'un million de barils de pétrole brut de l'Ouest canadien jusqu'à des raffineries et des terminaux au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Le projet prévoit la conversion d'un gazoduc existant de TransCanada, puis la construction d'oléoduc pour le reste du parcours en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Des scientifiques, des environnementalistes et des citoyens sont opposés à l'installation de l'oléoduc. Certains ont entrepris, à travers le Québec, une marche de 700 km pour contrer le projet.

Pour l'instant, l'entreprise albertaine s'est engagée à ne pas forer à Cacouna tant que le ministre du Développement durable,de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, n'aura pas statué sur le certificat d'autorisation pour les travaux de forage. Le forage servirait à déterminer où l'entreprise pourrait installer son port pétrolier à Cacouna.

Au final, l'Office national de l'énergie suggérera au gouvernement fédéral si le projet peut être réalisé ou non.

Le tracé prévu du pipeline de TransCanadaLe tracé prévu du pipeline de TransCanada Photo : TransCanada

Environnement