•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau rapport sur le Cercle de feu

Le Cercle de feu

Le Cercle de feu

Radio-Canada

L'Institut des politiques du Nord (IPN) suggère que le développement du gisement minier du Cercle de feu s'inspire du modèle d'une administration portuaire.

Dans un rapport préparé par l'ancien sous-ministre des Transports du Canada, Nick Mulder, et rendu public aujourd'hui, l'Institut estime qu'une société de la Couronne ne constituerait pas la meilleure façon de développer l'infrastructure de transport pour donner accès au gisement du nord-ouest de la province.

« Sous le modèle d'une société de la Couronne, le gouvernement provincial assumerait la majorité des risques », explique M. Mulder.

Une situation jugée trop délicate compte tenu de l'incertitude des marchés mondiaux, du déficit provincial, de l'évaluation environnementale et des questions autochtones non résolues.

L'IPN suggère comme alternative la création d'un modèle similaire à celui d'une autorité portuaire, où les coûts seraient partagés entre l'industrie et les différents paliers de gouvernement.

« Ce modèle impliquerait la création d'une Administration de l'infrastructure du Cercle de feu indépendante où tous les partenaires seraient représentés au conseil d'administration. Ce serait le conseil, et non le gouvernement, qui planifierait l'aménagement des infrastructures routières en partageant les risques avec le secteur privé », propose Nick Mulder.

L'Institut des politiques du Nord est un organisme sans but lucratif financé par la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l'Ontario.

Les retombées économiques potentielles du gisement de chromite du Cercle de feu sont estimées à 60 milliards de dollars.

Ontario

Métaux et minerais