•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FCFA veut mettre fin aux confirmations tardives de financement

Un portefeuille vide

Plusieurs organismes francophones du pays ont reçu cette année une confirmation tardive de leur financement de la part de Patrimoine canadien, après la fin de leur année financière.

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs organismes francophones du pays ont reçu cette année une confirmation tardive de leur financement de la part de Patrimoine canadien, après la fin de leur année financière.

Les uns ont été forcés d'épuiser leur marge de crédit, tandis que d'autres ont dû faire des mises à pied.

Ce retard a été vécu non seulement par des organismes fransaskois et d'autres groupes régionaux, mais aussi par la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA).

La présidente de l'organisme, Marie-France Kenny, comprend mal qu'un tel retard se soit produit cette année, car, les organismes avaient déjà subi une situation semblable, il y a quatre ans, et que celle-ci avait été réglée avec Patrimoine canadien

« Il y a eu une rencontre avec la ministre [Shelly Glover]. Je suis en train de travailler avec Patrimoine canadien pour que cela ne se reproduise plus jamais », soutient Mme Kenny.

La présidente de la FCFA souligne que la ministre tient à voir tous les dossiers, car elle est ultimement responsable, mais Mme Kenny s'explique mal que les documents disponibles depuis octobre ont mis tant de temps à être étudiés au Ministère.

Marie-France Kenny déplore également l'attente qui s'est écoulée entre la confirmation, par Patrimoine canadien, du financement accordé à des organismes et le décaissement des fonds, qui a pris plus d'un mois dans certains cas.

La mise sur pied d'un système de paiement provisoire serait souhaitable, selon elle, mais la FCFA vise surtout le non-retard et le dégagement des fonds dès le 1er avril.

Marie-France Kenny croyait que la question avait déjà été réglée il y a quelques années.

La FCFA a elle-même fait les frais de ce retard. Elle a dû utiliser presque toute sa marge de crédit et faire patienter certains de ses créanciers, comme un hôtel qui avait accueilli une réunion du conseil d'administration. Les fonds ont finalement été reçus la semaine dernière par l'organisme national.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...