•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Richard Côté éclaboussé devant la commission Charbonneau

Richard Côté a annoncé mercredi qu'il quittait la vie politique.

Richard Côté a annoncé mercredi qu'il quittait la vie politique.

Radio-Canada

L'ex-bras droit de Régis Labeaume, Richard Côté, aurait sollicité à plusieurs reprises la firme de génie-conseil Roche pour obtenir des billets de hockey et des laissez-passer de golf.

Un ex-ingénieur de la firme, qui témoigne sous le couvert de l'anonymat, a raconté devant la commission Charbonneau avoir offert « à plusieurs reprises » des cadeaux à l'ex-vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, qui a quitté l'Hôtel de Ville en novembre dernier, après 18 années de politique municipale.

« M. Côté me sollicitait souvent plusieurs mois à l'avance, l'été pour des billets de hockey à l'hiver au Centre Bell », a raconté le témoin.

Richard Côté communiquait également avec lui « pour des passes de golf », au club La Tempête de Lévis, où Roche avait « accès ». « Soit je m'y rendais avec lui ou on invitait de ses amis et j'y allais », a précisé l'ex-ingénieur.

Des courriels portant en objet « hockey » et échangés en août 2009, corroborent les propos du témoin. Un cadre de Roche demandait le nom du conseiller qui souhaitait des billets de hockey. La réponse : « Richard Côté, conseiller membre de l'exécutif de Labeaume ».

« Ça arrivait deux à trois fois par année avec M. Côté », a précisé le témoin.

« De la foutaise »

Joint par Radio-Canada, Richard Côté a nié catégoriquement les allégations de l'ex-ingénieur de Roche, les qualifiant de « foutaise ».

Quant à Régis Labeaume, il n'était pas au courant que son ex-bras droit aurait pu obtenir de telles faveurs. Il venait juste d'entendre parler de l'affaire lorsqu'il a été appelé à réagir. « On va commencer par essayer de savoir c'est quoi, je ne le sais pas », a affirmé le maire.

« Richard n'est plus là. Quand même je le saurais, ça ne donne pas grand-chose. Ce n'est plus de mon ressort. S'il était encore dans l'équipe, on se parlerait, mais là, il n'est plus là », a-t-il souligné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Affaires municipales