•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme pour mieux protéger les aînés

Des mains

Le reportage de Marie-Eve Cousineau

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet-pilote unique en son genre au Québec vient d'être mis en place en Mauricie et au Centre-du-Québec pour mieux protéger les aînés maltraités.

Grâce à cette nouvelle entente sociojudiciaire, les policiers, les intervenants sociaux, le Directeur des poursuites criminelles et pénales ainsi que la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse travailleront de pair pour aider les personnes âgées victimes d'abus.

Les intervenants d'une localité, des répondants, auront 24 heures pour se concerter [...], analyser la situation et proposer un plan d'action.

Une citation de :Brian Dickinson, chef de l'administration des programmes soutien à domicile - psychosocial, CSSS de Trois-Rivières

La voie judiciaire ne sera pas nécessairement la solution privilégiée.

La victime et l'abuseur, qui est souvent un aidant naturel, peuvent arriver à une entente écrite, selon Brigitte Lagacé, directrice de la protection et de la défense des droits à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, instance qui reçoit chaque année une centaine de plaintes d'exploitation financière, issues de diverses régions.

L'abuseur va souvent croire que ses gestes ne sont pas graves. Il se sent un peu légitimé de le faire parce qu'il croit que ce sera éventuellement son héritage.

Une citation de :Brigitte Lagacé, directrice de la protection et de la défense des droits à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

Plus de gens osent dénoncer

De plus en plus de cas de maltraitance sont signalés à la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Au cours des dernières années, une quarantaine de dossiers - des cas d'abus financiers en très grande majorité - ont été traités, selon le capitaine Richard Lévesque, responsable des enquêtes. D'après lui, la population est davantage consciente du problème en raison des campagnes de sensibilisation, notamment celle de la Ligne Aide Abus Aînés (Nouvelle fenêtre).

Ce projet-pilote d'entente sociojudiciaire fera l'objet d'une évaluation. Il pourrait être étendu à l'échelle de la province dans l'avenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !