•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapport dévastateur sur le CSAD : un ex-DG et le président du CA répliquent

Rapport dévastateur sur le CSAD : un ex-DG et le président du CA répliquent
Radio-Canada

Les trois piliers du Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD) au cours des dernières années ont affirmé haut et fort vendredi qu'ils n'ont rien à se reprocher.

L'ex-directeur général de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy Michel Morin a fait le point sur le rapport du vérificateur général du Québec, qui a dressé un rapport accablant sur la gestion du Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD).

Michel Morin se questionne à savoir si le vérificateur général avait les bons documents en sa possession pour faire son analyse. Devant les journalistes, il a présenté des documents qui démontrent un tout autre portrait que celui dressé par le rapport.

Il estime que le vérificateur fait erreur en parlant d'un déficit de 10 millions de dollars. Il affirme qu'il s'agit plutôt d'un dépassement de coûts d'1,7 millions de dollars et que chaque emprunt a été entériné par la commission scolaire.

L'ancien directeur général a aussi insisté sur les retombées du complexe sportif pour les élèves de la commission scolaire, spécialement ceux du programme Sports-études.

Il a indiqué que depuis la construction du complexe, le nombre d'élèves inscrits dans le programme Sports-études est passé de 288 à 698.

« Nous ne nous sommes pas servis comme dans un buffet à volonté »

Complexe sportif Alphonse-Desjardins à Trois-RivièresComplexe sportif Alphonse-Desjardins à Trois-Rivières

Le président du conseil d'administration du CSAD Michel Byette rappelle que ce sont d'abord et avant tout les élèves de la commission scolaire, dont ceux du programme Sport-Études, qui utilisent les installations du complexe sportif.

Il est donc étonné que le vérificateur général ait conclu que la Commission scolaire du Chemin-du-Roy n'a pas toujours agi à l'intérieur de sa « mission éducative » dans le dossier du CSAD.

Michel Byette a aussi rapporté avoir voulu mettre sur pied un comité de réaction tripartite avec la commission scolaire et la Ville de Trois-Rivières, « ce que la commission scolaire a visiblement refusé, puisqu'elle nous a interpellés sur la place publique. »

« La directrice générale nous dit : "c'est fini la récré" », a rappelé le président du c.a. « C'est infantilisant et nous ne sommes pas des enfants. Nous avons toujours travaillé avec cœur. (...) Nous ne nous sommes pas servis comme dans un buffet à volonté! »

Le directeur général sortant Jean-François Picard a aussi pris la parole lors du point de presse.

Il a assuré avoir toujours été transparent dans sa gestion du CSAD et que son salaire avait été approuvé en fonction de l'offre et de la demande par la commission scolaire.

Le rapport créé une onde de chocs

Le rapport du vérificateur général du Québec sur la gestion du complexe sportif du secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières a créé une véritable onde de chocs.

Le vérificateur général a soulevé plusieurs irrégularités dans la gestion de l'établissement, qui a enregistré des déficits variant entre 700 000 $ et 1,2 million de dollars dans les 5 dernières années.

En réaction au rapport, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy a adopté une série de résolutions pour resserrer la gestion du CSAD. Elle a aussi confirmé qu'elle se retirait du projet de colisée qui avait vu le jour au centre sportif.

Mauricie et Centre du Québec

Politique