•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gouvernement libéral majoritaire en Ontario

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La chef libérale Kathleen Wynne remporte une majorité de sièges.

La chef libérale Kathleen Wynne remporte une majorité de sièges.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti libéral remporte un quatrième mandat en Ontario et obtient, à la surprise générale, une majorité des sièges.

La chef libérale Kathleen Wynne, première femme à diriger la province et ouvertement lesbienne, a fait mentir les sondages qui prédisaient une lutte serrée entre son parti et les conservateurs et un autre gouvernement minoritaire.

Ce soir, vous avez voté pour les emplois, pour la croissance, pour bâtir l'Ontario. Nous allons bâtir un Ontario solide pour tous les Ontariens.

Kathleen Wynne, chef libérale

Kathleen Wynne a promis de rappeler les députés à l'Assemblée législative d'ici 20 jours, pour adopter un budget, à l'origine du déclenchement des élections.

Résultats :

  • Libéraux : 59 sièges (vs 48, à la dissolution de l'Assemblée législative)
  • Conservateurs : 27 sièges (vs 37, à la dissolution de l'Assemblée législative)
  • Néo-démocrates : 21 sièges (vs 21, à la dissolution de l'Assemblée législative)

Le chef du PC, Tim Hudak, qui avait fait campagne avec audace en promettant de créer un million d'emplois tout en abolissant 100 000 postes dans le secteur public, a été réélu député dans la région de Niagara, mais il a annoncé qu'il quitterait la tête de son parti.

La chef du NPD, Andrea Horwath, a elle aussi été réélue dans sa circonscription, à Hamilton. Elle n'a pas discuté du leadership de son parti.

Le règne libéral se poursuit

Pour Kathleen Wynne, il s'agit d'une victoire personnelle, elle qui avait hérité, en prenant les rênes des libéraux en 2013, d'un gouvernement minoritaire et de multiples scandales légués par son prédécesseur Dalton McGuinty.

Tous ses ministres, sauf Teresa Piruzza à Windsor, ont été réélus.

La chef libérale Kathleen Wynne avait déclenché des élections en mai dernier, après le refus du NPD de soutenir le budget de son gouvernement minoritaire.

Qui a gagné, qui a perdu?

Campagne de peur

L'économie, les finances publiques et les questions d'éthique ont dominé la longue campagne de 42 jours.

Le chef conservateur Tim Hudak a accusé son adversaire libérale de mener une « campagne de peur », parce qu'elle a passé une grande partie de la campagne à mettre les Ontariens en garde contre les compressions prônées par le PC, plutôt que de parler de son programme.

Durant la campagne, la chef libérale a dû se défendre par rapport à plusieurs scandales hérités de son prédécesseur, particulièrement le scandale des centrales. Cette décision de Dalton McGuinty d'annuler des projets de centrales électriques à Oakville et à Mississauga, respectivement avant et durant la campagne électorale en 2011, aura coûté plus de 1 milliard de dollars aux contribuables.

Quant à la chef du NPD, Andrea Horwath, sa stratégie populiste d'amener le parti vers le centre de l'échiquier politique a été critiquée par certains militants de son parti. Au bout du compte, elle a perdu son pari de répéter la vague orange de Jack Layton au fédéral.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario