•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aylmer : la maison de la discorde

L'imposante propriété située au 79, chemin Fraser, à Aylmer.

L'imposante propriété située au 79, chemin Fraser, à Aylmer.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des résidents de la rue Fraser, dans le secteur d'Aylmer, demandent à la Ville de Gatineau d'ordonner la démolition d'une luxueuse maison située sur leur rue.

Cette dernière a été construite sur un terrain entre deux maisons existantes, trop près de la rue selon les règlements d'urbanisme de la Ville. Les résidents ne comprennent d'ailleurs pas comment la Ville a pu permettre la construction de la maison à cet endroit.

Une trentaine de citoyens se sont présentés au conseil municipal, mardi soir, pour tenter d'obtenir des réponses et une promesse d'action de la part de la Ville. Ils avaient acheminé une mise en demeure à la Municipalité un peu plus tôt dans la journée.

La Ville aurait dû demander l'arrêt des travaux dès le mois de septembre dernier.

Une citation de :Manon Pelletier, résidente de la rue Fraser

Certains résidents qui étaient présents à la rencontre de mardi soir qualifient la maison de « désastre » parce qu'elle détonne et bloque la vue ainsi que la lumière.

Ils veulent que la maison soit démolie, alors que d'autres demandent l'arrêt des travaux de construction en attendant de trouver une solution.

Une erreur dommageable

Manon Pelletier, une voisine de la maison en question, affirme que la Ville a raté plusieurs occasions d'intervenir pour tenter de corriger son erreur et précise que, comme les gens du quartier, elle « vit avec ça depuis un an ».

Louis Godet, un autre résident de la rue Fraser, explique qu'il n'a rien contre la maison ni contre son propriétaire, mais il estime que les résidents ne devraient pas avoir à subir les conséquences des mauvaises décisions de la Ville. Il croit que la Municipalité doit maintenant régler le problème de manière à ce que « la résidence respecte la ligne qu'elle doit respecter ».

Sa maison est probablement la plus belle que j'ai vue de ma vie, mais elle ne devrait pas être sur ce terrain-là.

Une citation de :Louis Godet, résident de la rue Fraser.

Le maire de Gatineau, Maxime Pednaud-Jobin, affirme que les élus doivent en discuter et qu'ils prendront une décision d'ici un mois, « après un dialogue entre notre contentieux et les procureurs des deux parties, en espérant qu'on pourra en arriver à quelque chose ».

Du rêve au cauchemar

Le propriétaire de la maison, Patrick Molla, se dit particulièrement stressé par cette situation qui a un impact sur sa vie de famille.

« Quand tu as deux jeunes enfants qui te demandent tous les jours " on va tu démolir la maison? ", une femme qui n'en dort pas, ça, c'est vraiment difficile », explique-t-il.

M. Molla affirme aussi que ses relations avec les membres du voisinage se sont considérablement dégradées.

Il soutient que pendant la construction de la bâtisse aucune personne du quartier n'est entrée en contact avec lui afin de partager des craintes ou des critiques. Il croit que les choses n'auraient pas autant dégénéré si cela avait été fait.

C'est une saga. C'est l'enfer effectivement. 

Une citation de :Patrick Molla, propriétaire de la maison

Maintenant que le mal est fait, Patrick Molla compte bien défendre ses droits. Il estime qu'il a respecté les règlements municipaux et que c'est à la Ville de prendre ses responsabilités.

« De mon côté, j'ai envoyé [à la Ville] une mise en demeure pour l'informer que je la tiens responsable de tous dommages qui pourraient être engendrés par son erreur », précise M. Molla qui pense que personne ne sortira gagnant, quelle que soit l'issue de cette histoire.

Si une dérogation lui est accordée, il conservera sa maison, mais ce sont les voisins qui entameront des poursuites contre la Ville.

Dans le cas où la dérogation serait refusée, la Ville devra procéder à la démolition aux frais des contribuables. D'autre part, il ne manquerait pas de réclamer un dédommagement pour compenser la perte de sa maison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !