•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident de vélo à Sherbrooke: trois fillettes orphelines

Déliska Bergeron

Déliska Bergeron

Radio-Canada

Trois fillettes sont maintenant orphelines depuis le décès tragique de leur mère, Déliska Bergeron, survenu à Sherbrooke, lundi. La cycliste de 30 ans a été happée mortellement par un camion semi-remorque alors qu'elle traversait la rue King Est à côté de son vélo.

L'événement est d'autant plus tragique puisque la jeune femme venait de perdre son conjoint, en mars dernier, des suites d'une méningite. Le couple avait deux jumelles de 7 ans et une fillette de 3 ans.

Le choc est difficile à encaisser pour toute la famille. La soeur cadette de la victime, Krystel Bergeron, raconte que sa soeur aînée commençait à peine à se remettre du décès de son amoureux. Le vélo faisait partie de ses nouvelles activités. Son père avait d'ailleurs installé un support à bicyclette sur sa voiture la veille de l'accident. « Elle attendait cette journée-là. C'est malheureusement ça qui l'a emportée. C'était une activité qu'elle aimait faire », explique Krystel Bergeron.

Les filles de Déliska Bergeron sont allées voir leur maman pour une dernière fois à l'hôpital lundi soir. « C'est sûr que les deux plus grandes ont conscience de ce qui passe. La plus jeune est toute petite. Elle sait que maman a eu un accident de vélo, mais ça s'arrête là. Pour elle, maman va revenir demain. Pour les deux plus vieilles, c'est sûr que c'est plus difficile. »

Les enfants sont pris en charge par leurs grands-parents paternels le temps que l'année scolaire se termine. La famille prendra ensuite le temps d'analyser les dernières volontés de Déliska.

Consternation à Racine

La nouvelle a également ébranlé plusieurs personnes dans la communauté de Racine, où habitait Déliska Bergeron. « La nouvelle a créé tout un choc. Elle était venue jaser lundi matin avec une de mes employés en lien avec la succession de son conjoint », explique le propriétaire du dépanneur de Racine, Patrice Dupont.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Justice et faits divers