•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions et licenciements à Loto-Québec

La vague de compressions se poursuit chez Loto-Québec: 27 postes ont été éliminés mardi. La société, dont les revenus sont à la baisse depuis quelque temps, prend ces mesures pour boucler son budget.

Un texte de Mathieu DionTwitterCourriel

Au mois de mai, 36 personnes (surnuméraires,  permanents ainsi que des départs anticipés à la retraite) ont été remerciées.

Au total, cette vague de compressions touche 63 personnes.  

La porte-parole de Loto-Québec, Marie-Claude Rivet, parle d'efforts importants qui sont déjà amorcés et qui seront requis à court terme, et ce, dans chaque secteur et dans les huit filiales de Loto-Québec

Ces efforts visent à optimiser et à réviser l'ensemble des dépenses de la société d'État.

Par exemple, des projets en technologies de l'information sont retardés; le secteur informatique est le plus durement touché.

Revenus en baisse

Les revenus de Loto-Québec sont en baisse depuis quelque temps, particulièrement cette année. Après les trois premiers trimestres de 2013-2014, les profits de la société étaient en recul de 12,4 % à 887,3 millions de dollars par rapport aux mêmes trimestres de l'année précédente.

Cette situation est représentative de ce qui est observé dans l'industrie canadienne des jeux et loteries au cours des dernières années, alors que les dépenses des Canadiens en matière de jeux et de hasard ont diminué de près de 3 % dans les dernières années. Les jeux en ligne accaparent également une importante part de marché.

Loto-Québec n'a pas encore d'échéancier à cet important programme d'optimisation.

Il semblerait que le récent budget du gouvernement libéral n'aggravera pas la situation chez Loto-Québec. 

Le budget déposé la semaine dernière par le ministre Carlos Leitao exige des sociétés d'État qu'elles réduisent jusqu'à 3 % leurs dépenses et réalisent des gains de productivité de 2  % de leur masse salariale.

Loto-Québec estime que son programme actuel s'inscrit dans la même logique. Pour l'année financière 2013-2014, les revenus attendus de la part de Loto-Québec au gouvernement sont évalués à 1,055 milliards, en baisse de 102 millions de dollars.

Questionnée sur son ancien vice-président Pierre Bibeau et ses pratiques de distribution de billets d'événements, Loto-Québec s'est faite avare de commentaires.

 

Économie