•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cybercriminalité coûte 445 milliards $ par an à l'économie mondiale

Piratage informatique

Photo : iStockphoto

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La cybercriminalité coûte environ 445 milliards de dollars par an à l'économie mondiale en matière de croissance, d'innovation et de compétitivité, selon un rapport publié lundi par le Center for Strategic and International Studies (CSIS).

« La cybercriminalité est un impôt sur l'innovation; elle ralentit le rythme de l'innovation dans le monde en réduisant la rémunération des innovateurs et des inventeurs », déclare Jim Lewis du CSIS dans un communiqué.

Le rapport a été commandé par la société de logiciels de sécurité McAfee, filiale du groupe Intel.

Géographiquement, la facture pèse surtout sur les grandes puissances économiques : le coût pour les États-Unis, la Chine, le Japon et l'Allemagne atteint un total de 200 milliards de dollars.

Les pertes liées aux données personnelles, telles que les données des cartes de crédit volées, sont estimées à 150 milliards de dollars.

Aux États-Unis, 40 millions de personnes, soit environ 15 % de la population, ont été victimes de vols de données personnelles par les pirates.

Une collaboration internationale plus étroite dans la lutte contre la cybercriminalité commence à porter ses fruits, souligne McAfee.

Lundi dernier, la justice américaine a annoncé avoir démantelé un réseau international de pirates informatiques qui avaient réussi à contaminer des centaines de millions d'ordinateurs dans le monde. Une douzaine de pays ainsi que des entreprises de sécurité privées ont collaboré pour traquer les responsables du réseau, baptisé Gameover Zeus, du nom du virus principal utilisé par les pirates.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !