•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau : des ingénieurs dans le collimateur de leur ordre professionnel

Logo de l'Ordre des ingénieurs du Québec
Radio-Canada

L'Ordre des ingénieurs du Québec a déposé aujourd'hui des plaintes disciplinaires contre des ingénieurs qui auraient été impliqués dans des activités de collusion dans la région de Gatineau.

André Mathieu, Michel Famery, François Paulhus, Marc-André Gélinas, Claude Marquis, Maxime Asselin et Dave Boulay devront se présenter devant le Conseil de discipline de l'Ordre pour répondre à des plaintes portant sur des dérogations au Code des professions et au Code de déontologie des ingénieurs.

Le Bureau du syndic de l'Ordre a mené sa propre enquête avant de déposer les plaintes, qui sont liées aux travaux de la commission Charbonneau. Les dates d'audition  seront rendues publiques prochainement.

« C'est tout à fait une bonne nouvelle. Je pense que l'Ordre des ingénieurs joue son rôle », croit le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

En septembre 2013, le directeur général pour l'Outaouais de la firme AECOM a nommé plusieurs compagnies et ingénieurs lors de son témoignage sur un système de collusion à Gatineau.

Les enquêtes liées à la collusion soulèvent des questions importantes sur la déontologie des professionnels et l'Ordre a le devoir d'agir.

Isabelle Tremblay, vice-présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec

Marc-André Gélinas, qui fait maintenant, avec six autres ingénieurs, l'objet d'une plainte de l'Ordre des ingénieurs du Québec avait alors affirmé qu'aucun élu ou fonctionnaire de Gatineau n'était impliqué dans le système de collusion.

« Avec les plaintes annoncées aujourd'hui, le Bureau du syndic de l'Ordre démontre sa détermination à mener ses enquêtes à bien pour que les ingénieurs ayant commis des gestes potentiellement répréhensibles soient jugés par leur Conseil de discipline », a affirmé dans un communiqué la vice-présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec, Isabelle Tremblay.

Les sanctions encourues peuvent aller jusqu'à la révocation du permis d'exercice ou la radiation permanente. Par ailleurs, ces décisions peuvent faire l'objet d'un appel au Tribunal des professions ou d'une révision judiciaire.

Le Conseil de discipline est formé de 15 membres : le président, qui est désigné par le gouvernement du Québec, et 14 ingénieurs, nommés par le Conseil d'administration de l'Ordre des ingénieurs. Toutes les audiences sont publiques.

Ottawa-Gatineau

Société