•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Tremblay traite les journalistes de « cruches », puis nuance ses propos

Jean Tremblay, maire de Saguenay

Radio-Canada

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, continue de semer la controverse alors qu'il a traité les journalistes de « cruches » lors d'une conférence prononcée au sous-sol de la cathédrale de Salaberry-de-Valleyfield, la semaine dernière.

Jean Tremblay avait été invité par les dirigeants du diocèse à l'occasion d'une activité de financement pour parler de sa foi chrétienne et de son livre Croire ça change tout. Quelque 300 personnes assistaient à la conférence.

« Je me sens fort, je fais face à n'importe qui et je me sens fort, a dit le maire de Saguenay. Le Saint-Esprit m'accompagne. Quand tu demandes au Saint-Esprit de t'éclairer, le Saint-Esprit t'éclaire. »

Je rencontre tous ces journalistes, tous ces athées partout et à toute les fois que je me présente avant d'arriver, je me dis ils savent rien et en partant, je me dis, c'est encore pire que ce que je pensais. Des cruches. Ils ne savent rien. Tu essaies de discuter avec ça, avec les animateurs de la radio et de la télévision, ils en font un combat.

Jean Tremblay, maire de Saguenay

Vidéo tournée par Daniel Grenier, journaliste au Soleil de Valleyfield


Le maire s'explique

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo, lundi, Jean Tremblay est revenu sur ses déclarations. Il explique que les journalistes sont des ignorants lorsqu'ils se mettent à parler de religion, parce qu'ils n'y connaissent rien.

Interrogé plus tard par une journaliste, il a ajouté qu'il ne voulait pas parler de façon générale et qu'il ne se rappelait pas avoir qualifié les journalistes de cruches. « Honnêtement, je ne m'en rappelais pas, ça se fait dans une conférence, la salle est pleine, souligne-t-il. J'aurais dû dire incompétents. »

D'habitude les journalistes, quand ils s'aventurent sur un sujet, ils vont en profondeur, ils prennent le temps d'approfondir. Mais on dirait que quand il s'agit de religion, ils disent n'importe quoi alors je trouvais ça déplorable et je trouve qu'il y en a qui manquent vraiment de formation de ce côté-là.

Jean Tremblay, maire de Saguenay
Pierre Craig, président de la FPJQAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Craig, président de la FPJQ

Des excuses exigées

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Pierre Craig, déplore les propos tenus par le maire de Saguenay durant la conférence. « Je trouve ça infiniment triste que le maire d'une ville aussi importante que Saguenay tienne des propos aussi insignifiants que ceux-là », soutient-il. Il réclame des excuses de Jean Tremblay.

Je pense que c'est des propos extrêmement regrettables, c'est des propos qui, au moment où le maire les tient, déshonorent sa fonction de maire. Je pense que le maire devrait s'excuser et devrait commencer à réfléchir à l'importance du travail des journalistes pour la population.

Pierre Craig, président de la FPJQ


Le président de la FPJQ rappelle que le maire de Saguenay n'en est pas à ses premières remarques contre les journalistes, qu'il a déjà traités de « pas bons » dans le passé.

Nombreuses réactions

À Saguenay, la conseillère du parti d'opposition l'Équipe du renouveau démocratique, Christine Boivin, est choquée par les déclarations du maire.

Elle croit que ses attaques envers les journalistes sont semblables à celles que subissent les membres de son équipe à l'hôtel de ville. Elle y voit un flagrant manque de respect.

« On veut montrer l'exemple à nos jeunes dans les écoles, dit-elle. Je crois qu'en tant qu'élus actuellement à Saguenay, on a des questions à se poser parce qu'il y a un non-respect de la part du maire. On l'a vu dernièrement avec ma collègue Josée Néron et même moi. Lorsqu'on pose des questions, on nous attaque personnellement de la part du maire. »

La vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a été abondamment commentée par les citoyens. La plupart dénoncent les propos du maire (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société