•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marché public de Rimouski : une manne pour les exposants

Marché de Rimouski

Marché de Rimouski

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.


C'est sous le signe de la croissance que s'est ouvert ce matin le marché public de Rimouski. Le marché accueille maintenant 32 producteurs et transformateurs agroalimentaires, soit deux fois plus qu'à sa première année en 2008.

Les marchés publics, c'est d'abord le contact humain entre producteurs et consommateurs. Mais c'est aussi une affaire économique.

« Il passe entre 1000 et 2000 personnes, ici, en quatre heures normalement », estime Jean-Marc Gougeon, président du marché public de Rimouski et producteur maraîcher à La Fourche du Troll de Saint-Octave-de-Métis.

La somme des revenus encaissés en 86 heures de marché l'an dernier par les exposants surpassait 500 000 $.

« Pour certains des producteurs ici c'est entre 10 %, 15 %, 20 %, et ça peut aller jusqu'à 40 % de leur chiffre d'affaires. Et même plus dans certains cas », affirme Jean-Marc Gougeon.

C'est le cas de François Gagnon, un producteur d'agneau au Bic qui transforme lui-même sa viande. Les marchés publics du Bas-Saint-Laurent représentent son principal débouché, soit 60 % de son chiffre d'affaires.

« J'ai un permis pour transformer la viande, la vendre, mais pas par intermédiaire; donc, aucune épicerie, aucun distributeur. Il faut que je sois là. Alors, le marché public, ça représente tout pour moi », raconte-t-il.

Pascal Boucher, un producteur de fraise de Saint-Anaclet-de-Lessard dresse le même constat. « On existerait quand même sans le marché, mais on travaillerait comme on faisait avant avec des distributeurs et des grossistes », estime-t-il.

C'est cette façon différente de commercer qui fait le succès du marché public, selon son président. Ce désir nouveau chez le consommateur de ce que l'on appelle l'agriculture de proximité.

« Les consommateurs veulent jaser avec les producteurs, savoir comment les produits sont faits, comment ils sont transformés, d'où ils viennent. Alors, on est arrivé dans un bon timing », souligne Jean-Marc Gougeon.

Nouveauté cette année : en plus des traditionnels samedis, le marché sera ouvert les mercredis soirs du 23 juillet au 10 septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec