•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entente de 10 ans officialisée

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Grand Prix du Canada

Grand Prix du Canada

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le grand cirque de la formule 1 aura son escale montréalaise au moins jusqu'en 2024.

Un texte d'Olivier Arbour-MasseTwitterCourriel

Le promoteur du Grand Prix du Canada François Dumontier a confirmé ce que Radio-Canada rapportait jeudi. Il s'est dit « soulagé » d'en être venu à une entente pendant une conférence de presse dans l'île Notre-Dame, samedi, après la troisième séance d'essais libres dominée par Lewis Hamilton.

Dumontier a officialisé l'entente en compagnie du maire de Montréal Denis Coderre, de représentants des gouvernements fédéral et provincial, Denis Lebel et Robert Poëti, ainsi que du président-directeur général de Tourisme Montréal Yves Lalumière.

Le tout devait être confirmé vendredi, mais certains « détails à régler » avec le patron de la F1 Bernie Ecclestone ont remis l'annonce du renouvellement du contrat au lendemain.

« Le Grand Prix du Canada fait partie du patrimoine de Montréal, de son ADN, mais nous n'étions pas prêts à payer n'importe quel prix, a expliqué le maire Coderre. C'est pourquoi cela nous a pris du temps. » L'annonce d'une nouvelle entente survient à l'avant-dernière journée du contrat actuel.

« Quand Montréal va bien, le Québec se porte mieux », a déclaré M. Poëti, qui confirme la contribution de 49,9 millions de dollars sur 10 ans du gouvernement québécois.

Quelques jours après le dépôt, par son gouvernement libéral, d'un budget marqué par des compressions de toutes sortes, le ministre responsable de Montréal a affirmé que Québec « s'associait à un produit gagnant, un investissement en termes de création d'emploi et de dynamisme économique ».

Le gouvernement fédéral, pour sa part, octroiera 62,4 millions, tandis que la Ville de Montréal investira 12,4 millions et s'occupera des rénovations des infrastructures qui coûteraient de 25 à 40 millions. Tourisme Montréal injectera un montant similaire à celui du fédéral. 

Selon les représentants présents sur place, le Grand Prix générerait annuellement entre 70 et 90 millions de retombées économiques. Selon Tourisme Montréal, 50 % des spectateurs proviennent de l'extérieur du Québec.

« En termes de visibilité internationale, la fin de semaine de la F1, c'est l'équivalent de quatre saisons du Canadien de Montréal, incluant les séries », a ajouté le maire Coderre.

Montréal sera maître d'oeuvre des travaux dont l'échéance est prévue pour 2017. Les appels d'offres débuteront à l'automne.

M. Dumontier a affirmé qu'aucune modification ne serait apportée au circuit et que la superficie occupée resterait la même. C'est donc dire que la rénovation du paddock n'empiétera pas sur le bassin olympique. 

L'entente entrera en vigueur à compter du 9 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !