•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduire le prix des permis d'exploitation des salons de massage érotique

Une affiche d'un salon de massage érotique de Winnipeg

Une affiche d'un salon de massage érotique de Winnipeg

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'unité contre l'exploitation sexuelle service de police de Winnipeg croit qu'une réduction de moitié du prix des permis d'exploitation permettrait de sortir les salons de massage érotique de l'ombre, d'assurer la sécurité des femmes et de prévenir le trafic d'êtres humains.

Cette recommandation a été présentée, vendredi, au comité de la police de Winnipeg.

Le conseil municipal avait demandé au service de police en février de rédiger un rapport sur l'état de l'industrie des salons de massage érotique après une motion déposée par la conseillère de Charleswood-Tuxedo, Paula Havixbeck.

Elle voulait développer une stratégie pour protéger les personnes vulnérables dans l'industrie.

Mme Havixbeck avait mentionné que peu de salons ou d'employés sont enregistrés maintenant parce que ce n'est pas financièrement logique.

« En ce moment, le prix d'un permis d'exploitation équivaut au prix d'une amende », avait-elle dit. « Donc, si vous n'êtes pas enregistrés et qu'on vous arrête, vous devez payer le même tarif. Donc, la question est de savoir combien d'entre eux ne sont pas enregistrés ».

L'unité contre l'exploitation sexuelle du service police de Winnipeg suggère aussi que soit créé un permis destiné uniquement aux escortes qui ne sont que de passage dans la capitale.

« Cela serait un outil important pour prendre contact avec ces escortes de plus en plus nombreuses qui se cachent la plupart du temps derrière internet », a affirmé l'agent Danny Smyth.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !