•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget Leitao : Philippe Couillard défend la réduction des crédits d’impôt

Le ministre Carlos Leitao et le premier ministre Philippe Couillard avant le dépôt du budget

Le ministre Carlos Leitao et le premier ministre Philippe Couillard avant le dépôt du budget

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre Philippe Couillard affirme que les crédits d'impôt aux entreprises coûtent 3 milliards de dollars au gouvernement du Québec par année et qu'il est temps de revoir ce modèle de soutien qui ne semble plus donner de résultats, selon lui.

Il défend ainsi la réduction de 20 % des crédits d'impôt aux entreprises, notamment dans le secteur de l'aluminium, annoncée dans le budget de Carlos Leitao, mercredi.

M. Couillard ajoute que la création d'entreprises est moins grande au Québec que dans les autres provinces.

Il souligne que son gouvernement a plutôt choisi de réduire de moitié l'impôt des sociétés.

« Quand j'ai fait le tour du Québec à plusieurs reprises, indique Philippe Couillard, plusieurs entrepreneurs m'ont dit au lieu des crédits d'impôt qui nous submergent de paperasse et de difficultés administratives, pourquoi ne nous donnez-vous pas simplement plus d'oxygène fiscal, plus de place pour prendre des décisions, prendre des risques nous-mêmes? »

Stéphane Bédard, leader de l'opposition officielle à l'Assemblée nationaleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stéphane Bédard, leader de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale

De son côté, le député péquiste de Chicoutimi et leader de l'opposition officielle, Stéphane Bédard, s'inquiète de la disparition graduelle des crédits d'impôt pour l'aluminium et pour les régions ressources.

« On coupe beaucoup de crédits d'impôt, déjà ça peut avoir un effet négatif sur les PME, mais les nôtres avaient fait l'objet de coupures drastiques par les libéraux dans le passé et là, on ajoute une coupe additionnelle de 20 % et on ne dit rien après 2015 », déplore-t-il.

Stéphane Bédard est également déçu de constater que le gouvernement Couillard va reporter dans le temps la création de nouvelles places en garderie, tout comme de ne pas retrouver certaines sommes promises pour l'industrie forestière et pour la voirie locale pas son ancien gouvernement.

Réaction partagée des PME

Les présidents des Chambres de commerce de Saguenay et du Lac-Saint-Jean-Est, François Gagné et Mario Morissette, ne se réjouissent pas du budget, malgré l'annonce de la relance du Plan Nord et une baisse d'impôt pour les PME.

« J'ai comme l'impression qu'on donne d'une main pour retirer de l'autre main, indique François Gagné. On est dans un régime minceur, c'est clair. »

« Les PME de la MRC Lac-Saint-Jean-Est vont devoir rester très vigilantes, les grands efforts pour le retour au déficit zéro vont devoir être faits par la structure gouvernementale », ajoute Mario Morissette.

Dans le secteur forestier, Frédéric Verreault de Chantier Chibougamau apprécie la création d'un crédit d'impôt pour le transport pour les entreprises manufacturières éloignées comme celles du Saguenay-Lac-Saint-Jean et Chibougamau-Chapais.

Les entreprises de la région pourront déduire 4 % de leurs revenus bruts avec un plafond de 250 000 $.

« Cette mesure-là est appelée à nous donner un petit peu d'oxygène, croit M. Verreault. On a un sacré casse-tête pour attacher un budget qui tient la route pour l'année qui vient avec les coûts associés aux droits de coupe et surtout les coûts associés aux coûts du carburant. »

Un bon budget, selon Serge Simard

Le député libéral de Dubuc, Serge Simard, affirme pour sa part que le budget Leitao sera un bon budget pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Il souligne l'aide aux rénovations domiciliaires, la relance du Plan Nord, l'ajout de certaines sommes dans la sylviculture et de l'aide pour les équipements forestiers.

Serge Simard admet que les travaux d'infrastructures seront nettement moins importants que promis en campagne électorale, mais il ne s'en formalise pas.

« Ça ne nuira pas plus à la région qu'aux autres régions du Québec, c'est très clair. Il va y en avoir moins, mais il va y en avoir », affirme M. Simard.

Méfiance chez les syndicats

Les représentants syndicaux accueillent le budget avec méfiance.

« Des compressions, des coupures et même à des endroits où ils prévoient des augmentations de budget, par exemple à la santé, ça ne couvre même pas la moitié de l'augmentation des coûts du système », dénonce le président du Conseil central de la CSN du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Engelbert Cottenoir.

« L'imposition des PME, qui va passer de 8 à 4 %, est-ce que ça va créer des emplois supplémentaires? À ce moment-là, il va falloir voir comment ça va s'arrimer dans le temps », ajoute la présidente régionale de la FTQ, Marcelle Perron.

Budget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !