•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget Leitao : des mécontents et des heureux dans l'Est du Québec

Présentation du budget 2014

Présentation du budget 2014

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier budget du gouvernement de Philippe Couillard suscite déjà bon nombre de réactions dans l'Est du Québec.

Certaines promesses électorales ne se retrouvent pas dans le Plan d'action économique du gouvernement libéral. Les sommes supplémentaires promises pour financer les besoins d'infrastructures du Québec sont annulées. Québec retranche même, sur 10 ans, 500 millions de dollars du programme de développement des infrastructures.

Le maire de Rimouski et ex-président de l'Union des municipalités du Québec, Éric Forest, se dit déçu. « On est déçu effectivement, parce que les besoins en terme d'infrastructures sont grands. Il y a une situation économique qui est très fragile pour le gouvernement. On verra quelle part va être consacrée aux municipalités et quelle autonomie les municipalités auront à ce niveau-là », a déclaré le maire.

Hausse des tarifs en garderie

L'indexation des tarifs des Centres de la petite enfance, qui est moins élevée que ce qui était prévu par le gouvernement Marois, est accueillie de manière positive par le directeur du Réseau des services à la petite enfance de l'Est du Québec, Simon Dufresne. Les tarifs vont grimper à 7,30 $ le 1er octobre 2014. Simon Dufresne soutient toutefois que le gouvernement devra donner une attention particulière aux familles à faible revenu.

« En fait, pour les parents, on trouve que c'est quand même une bonne nouvelle d'annuler la hausse de 2 $ et de procéder à une majoration, qui est plus une indexation. Donc, le choc tarifaire est évité », a-t-il déclaré.

Québec maintient le cap sur les 30 000 nouvelles places en garderie, mais prévoit prendre plus de temps pour réaliser cet objectif; d'ici 2022 plutôt que 2018. « On trouve bien que le développement de cette année soit maintenu, mais on s'inquiète des projets pour les années suivantes », a déclaré Simon Dufresne. Il ajoute que des centaines de places en garderies sont ainsi menacées.

Réactions positives sur la Côte-Nord

Sur la Côte-Nord, 63 millions de dollars sont prévus pour relancer le Plan Nord. La mise en oeuvre de cette version bonifiée du projet de développement économique sera effectuée par le nouveau Fonds du Plan Nord, qui financera notamment le prologement de la route 138 et la réfection de la route 389. Québec affirme aussi vouloir approvisionner la Côte-Nord en gaz naturel d'ici 2016.

« Ce sont des nouvelles qui sont satisfaisantes. Au niveau du gaz naturel, au niveau des infrastructures ferroviaires et au niveau minier; il y a quand même un fonds très intéressant pour les hydrocarbures et les mines. On est loin d'être oubliés sur la Côte-Nord. Je pense que c'est important.  »

— Une citation de  Luc Dion, président de Développement économique Sept-Îles

Le gouvernement Couillard officialise la relance du programme de mini-centrales hydroélectriques, qui avait été abandonné en février 2013 par le gouvernement péquiste. Parmi les six projets annulés, deux se situent sur la Côte-Nord, sur la rivière du Sault-aux-Cochons, à Forestville. La mairesse de Forestville, Micheline Anctil, se réjouit du feu vert aux projets qu'elle mène en collaboration avec le conseil de bande de Pessamit.

Au Bas-Saint-Laurent, alors qu'un doute plane sur un possible retard du projet de prolongement de l'autoroute 85, entre Saint-Antonin et Saint-Louis-du-Ha!-Ha!, le président de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé, demeure confiant. « Il y a eu une marche sur la route 185, il y a de cela quelques semaines. Jean D'Amour s'est à nouveau prononcé en faveur. J'ai bon espoir que M. D'Amour va respecter ses engagements », a déclaré Michel Lagacé.

Importantes compressions

Le ministre des Finances Carlos Leitao impose une importante cure minceur à l'appareil d'État québécois, qui doit permettre au gouvernement d'économiser 2,7 milliards de dollars cette année, et 2,4 milliards l'an prochain. Un total de 13 ministères sur 22 sont touchés par des compressions, dont celui du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, qui sera amputé de 9,4 millions de dollars.

La directrice du Conseil régional de l'environnement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Caroline Duchesne, estime que l'environnement a toujours été le parent pauvre du gouvernement. Une situation inquiètante, selon elle, d'autant plus que les responsabilités de ce ministère sont de plus en plus importantes.

« À tous les ans, il y a des coupures. Ce qu'on constate, c'est que le ministère de l'Environnement a de plus en plus de responsabilité, mais n'a pas les ressources », déplore Caroline Duchesne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec