•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition rejette le budget Leitao

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, au moment de déposer son budget

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, au moment de déposer son budget

Photo : La Presse canadienne / PC/Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Imposture », « promesses reniées », « austérité permanente ». Les partis d'opposition à l'Assemblée nationale ne mâchent pas leurs mots pour décrier le premier budget du gouvernement de Philippe Couillard.

Un texte de Gaétan PouliotTwitterCourriel

Les libéraux ont promis « un peu n'importe quoi en campagne électorale », dénonce le porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de Finances, Nicolas Marceau, qui qualifie le budget « d'imposture ».

Il s'agit ni plus ni moins que de « la recette libérale pour renier ses engagements », a-t-il dit lors d'un point de presse, soulignant que le gouvernement a revu à la baisse les perspectives de croissance deux mois après les élections.

Le cadre financier par le Parti libéral éclate, ne tient plus du tout.

Une citation de :Nicolas Marceau

Le budget de Carlos Leitao augmente le fardeau fiscal des Québécois avec des hausses de taxes et « coupe sur le dos des gens les plus démunis », estime le Parti québécois.

Nicolas Marceau, qui était ministre des Finances dans le gouvernement de Pauline Marois, estime d'ailleurs que le budget « ressemble beaucoup » à celui qu'il avait présenté en février dernier. Bref, les libéraux ont « induit la population en erreur » avec leurs promesses, dit-il.

Les contribuables mis de côté

Si la Coalition avenir Québec (CAQ) est pour sa part satisfaite du retour à l'équilibre budgétaire prévu l'an prochain, elle est déçue que les ménages ne soient pas au cœur d'un plan de relance de l'économie.

Le chef François Legault, qui s'était fait le champion des contribuables lors de la campagne électorale, souligne lui aussi que le gouvernement « renie sa promesse électorale de ne pas augmenter le fardeau fiscal des Québécois ». Il cite en exemple la hausse des tarifs d'électricité et des tarifs de garderies.

Les libéraux auraient dû réduire les sommes alloués aux infrastructures afin de donner de l'oxygène aux Québécois. « Le gouvernement Couillard choisit le béton avant de choisir d'augmenter le pouvoir d'achat des contribuables », se désole le chef caquiste.

Austérité permanente

Québec Solidaire (QS) dénonce vigoureusement le budget libéral. Il s'agit d'un « budget d'austérité permanente », sans vision pour l'avenir du Québec, tonne la députée Françoise David.

Les compressions dans la fonction publique auront un impact sur les services. Dire le contraire, selon QS, c'est mentir ou « jouer un film de science-fiction ». La formation de gauche se dit d'accord avec le retour équilibre budgétaire, mais pas aussi rapidement.

Le PQ, la CAQ et QS comptent tous voter contre le budget Leitao. Mais comme le gouvernement est majoritaire à l'Assemblée nationale, il s'agira d'une opposition symbolique.

Budget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !