•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'explication derrière l'odeur enivrante des livres

Les pages d'un livre ouvert.

Les pages d'un livre ouvert.

Photo : iStock

Daily Mail
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Nombreux sont les amoureux du livre papier qui s'adonnent au plaisir de plonger le nez entre les pages d'un bouquin. Mais d'où vient l'odeur caractéristique des livres?

Un professeur de chimie en Grande-Bretagne a décidé de décrypter le mystère de l'odeur des livres sur son blogue (Nouvelle fenêtre). Il ne s'agit guère d'une découverte, mais plutôt de la vulgarisation sous forme graphique des résultats d'une étude menée il y a cinq ans par des universitaires londoniens. 

Dans son billet, le professeur explique que de multiples composants chimiques entrent dans la fabrication d'un livre. Impossible selon lui d'en identifier un seul qui serait responsable de cette odeur si caractéristique.

De plus, cette odeur varie en fonction du type de papier sur lequel est imprimé le texte, de l'encre utilisée, et de la colle ayant servi à relier les pages du livre. 

Des notes de vanille et d'amandes

Si les vieux livres fleurent un peu le sucre, avec des notes de vanille et d'amandes, cela viendrait de la dégradation des composants chimiques du papier, principalement la cellulose et la lignine, qui dégagent des composés organiques volatils (COV).

Dans certains cas, la composition chimique d'un volume antique peut même permettre de le dater. Ainsi, les livres publiés au milieu du 19e siècle dégagent plus de furaldéhyde que des volumes plus anciens, imprimés sur des papiers fabriqués à partir de fibres de coton ou de lin.

En attendant le développement de la technologie permettant de diffuser des parfums envoyés électroniquement, les amateurs de livres numériques peuvent se consoler en consultant le site parodique (smellofbooks.com) d'une entreprise qui prétend commercialiser des aérosols au parfum de vieux livres pour les propriétaires de liseuses nostalgiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !