•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le 435e Escadron de Winnipeg ne deviendra pas francophone en juillet

    Le ministre de la Défense nationale a annoncé mardi des investissements dans la Force aérienne.

    Photo : Bahador Zabihiyan

    Radio-Canada

    Le projet de transformer le 435e Escadron de transport et de sauvetage de la 17e Escadre à Winnipeg en une unité francophone est mis sur la glace.

    Le changement devait entrer en vigueur le mois prochain, comme prévu il y a deux ans.

    Le projet est suspendu afin de procéder à une révision du dossier, a expliqué le porte-parole de la 17e Escadre, le capitaine Alexandre Cadieux.

    « Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont décidé d'entamer une revue de la désignation linguistique de toutes les unités au pays et en ce moment, il est difficile de dire quel sera l'impact sur le 435e Escadron », a-t-il dit.

    Aucun délai n'a été donné sur le processus de révision.

    La communauté francophone qui gravite autour de la base militaire de la 17e Escadre attendait beaucoup ce changement.

    Près de 200 personnes travaillent au sein du 435e Escadron chargé d'effectuer des missions de recherche et de sauvetage au moyen d'avions de transport Hercules.

    L'escadron avait pour objectif d'augmenter la proportion de militaires francophones sur la base en devenant francophone.

    L'École Roméo-Dallaire, située à quelques minutes de la 17e Escadre, y voyait une opportunité d'accroître le nombre d'élèves de son école. Le directeur de l'établissement, Bernard Desautels, a déploré la situation.

    « Je suis un peu déçu, mais je constate quand même un phénomène intéressant. Je vois des familles exogames provenant de l'est du pays qui veulent la meilleure éducation pour leurs enfants. Ils préfèrent les écoles françaises aux écoles d'immersion et ils sont vraiment enchantés par le projet », a-t-il dit.

    L'École Roméo-Dallaire compte 35 % d'élèves dont au moins un des parents travaille sur la base. Ce nombre pourrait augmenter à 50 % si le 435e Escadron devenait francophone.

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Manitoba

    Francophonie