•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers le témoignage de Nathalie Normandeau?

Nathalie Normandeau (archives)

Nathalie Normandeau (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le témoignage d'Yvan Dumont, qui survient après le témoignage de deux ex-hauts dirigeants de la firme de génie-conseil Roche, met vraisemblablement la table pour le témoignage de l'ex-ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Nathalie Normandeau.

Des documents de cour rendus publics en avril ont révélé que l'enquête que mène l'Unité permanente anticorruption (UPAC) sur le financement du Parti libéral du Québec « tend à démontrer qu'une intervention de nature politique s'est produite dans l'octroi de la subvention pour la réfection de l'usine d'épuration des eaux de Boisbriand. »

La conception des plans pour ce contrat avait été confiée à la firme Roche, mais la municipalité avait besoin d'une subvention pour que les travaux, exécutés par la firme Infrabec de Lino Zambito, puissent aller de l'avant.

Malgré de nombreux avis défavorables des fonctionnaires du ministère des Affaires municipales (MAMROT), entre 2000 et 2006, l'ex-ministre Nathalie Normandeau aurait ainsi donné son accord le 13 février 2007 pour attribuer une subvention de plus de 11 millions de dollars à Boisbriand, qui comptait sur ce projet pour le développement du Faubourg Boisbriand.

Dans la dénonciation ayant servi à obtenir un mandat de perquisition à la permanence du PLQ le 9 juillet 2013, l'enquêteur responsable écrit que « l'octroi de cette subvention par le MAMROT est le résultat d'un financement politique soutenu depuis 2005 et d'un exercice d'influence politique par différents intervenants auprès de la ministre Nathalie Normandeau et du PLQ ».

Le document, qui comporte plus de 30 pages, fait état des nombreuses activités de financement tenues au bénéfice de Nathalie Normandeau dans le but de tisser des liens avec la ministre et son entourage. Le document résume aussi les déclarations de plusieurs anciens fonctionnaires du MAMROT ayant relevé un certain nombre d'irrégularités dans le traitement de ce dossier.

Un ancien sous-ministre et deux de ses adjoints ont déclaré qu'ils trouvaient « anormal et surprenant » le changement de position du ministère dans l'octroi de la subvention de plus de 11 millions de dollars à la ville de Boisbriand.

Dans un communiqué, l'ex-ministre Normandeau a réagi en affirmant qu'elle « assume pleinement » sa décision dans le dossier et qu'elle « a tranché » après des « échanges rigoureux avec les fonctionnaires du ministère à l'époque ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !