•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produits forestiers Résolu veut envoyer du bois de la scierie Saint-Fulgence à Saint-Hilarion

La scierie Saint-Fulgence de Produits forestiers Résolu

La scierie Saint-Fulgence de Produits forestiers Résolu

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Produits forestiers Résolu (PFR) souhaite mettre la main sur une partie de l'approvisionnement en bois qui était destiné à sa scierie de Saint-Fulgence pour alimenter sa scierie de Saint-Hilarion, dans Charlevoix.

La compagnie a rencontré les élus de la municipalité régionale de comté (MRC) de Charlevoix-Est, la semaine dernière, pour solliciter leur appui.

Ce transfert de 100 000 mètres cubes de bois permettrait à la scierie de Saint-Hilarion de fonctionner à plus grand régime et de relever le plancher d'emploi.

La scierie de Saint-Fulgence est fermée depuis le mois d'avril et son contrat d'approvisionnement et d'aménagement forestier (CAAF) n'est pas utilisé.

Le porte-parole de la compagnie, Karl Blackburn, affirme que PFR ne cherche pas la dispute et estime que tout le monde serait gagnant.

« Une chose est sûre, si jamais le ministère pouvait nous donner l'autorisation d'utiliser une petite quantité de cette fibre-là qui est disponible, ce sont des gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui vont y avoir accès, affirme-t-il. Les travailleurs forestiers, ce sont souvent et majoritairement des gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les transporteurs aussi. Donc, l'économie régionale en a pour son compte. »

De son côté, le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, soutient que le comité de suivi est favorable à des ententes temporaires comme celle-ci.

Toutefois, il affirme que si ces transferts de bois deviennent permanents, une levée de boucliers pourrait survenir.

« On verra ce que ça va donner sur le long terme, mais présentement, c'est de l'agrément de façon ponctuelle. Mais pour du long terme, nous autres, c'est sûr qu'on va tenir notre bout pour garder ce bois-là dans la région », précise M. Simard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !