•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Nouvelles découvertes sur les effets du stress pendant la crise du verglas

    Crise du verglas en 1998

    Crise du verglas en 1998

    Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

    Radio-Canada

    Plus de 16 ans après la crise du verglas, de nouvelles découvertes s'apprêtent à être publiées sur les effets du stress vécu par les femmes enceintes à l'époque. Une chercheuse de l'Université McGill et de l'hôpital Douglas continue de suivre des enfants, aujourd'hui adolescents, qui étaient dans le ventre de leur mère pendant la crise.

    Un reportage de Thomas GerbetTwitterCourriel

    Julie Groleau était enceinte de 37 semaines quand elle a subi de plein fouet la crise du verglas de janvier 1998 (Nouvelle fenêtre). Elle a passé 25 jours sans électricité, chauffée au bois dans sa maison de Saint-Jean-sur-Richelieu. Une période de stress intense dont elle se souvient encore en détail. Son fils Vincent, né dans la foulée, traîne un léger retard de langage. Alors que son frère aîné, lui, n'en a pas. « Est-ce que c'est dû à ça? Il y a des probabilités que ce le soit », pense la mère.

    Comme elle, 176 mères qui vivaient dans le « triangle noir », en Montérégie, ont accepté de faire passer des tests à leurs enfants année après année. La professeure de psychiatrie de l'Université McGill et chercheuse principale à l'hôpital Douglas, Suzanne King, retrouve régulièrement ces enfants, aujourd'hui âgés de 15-16 ans.

    Recherche unique au monde

    Les recherches de Suzanne King ont attiré l'attention de médias du Royaume-Uni et de la Corée du Sud.

    Après des prises de sang, des tests comportementaux ou d'apprentissage, elle vient de faire passer des imageries par résonance magnétique (IRM) à ceux qu'elle appelle « les enfants du verglas ». Et à sa grande surprise, la chercheuse continue de découvrir des effets du stress prénatal.

    Je m'attendais à des effets du stress sur le développement des enfants pour seulement deux ou trois ans. Mais l'effet continue à être important avec l'âge

    Suzanne King

    Après avoir découvert des corrélations entre le nombre de jours que la mère a passés sans électricité (le stress), et le quotient intellectuel de l'enfant, sa mémoire, son taux d'obésité ou encore sa sécrétion d'insuline, Suzanne King a découvert de nouvelles corrélations avec l'asthme chez les filles et les traits autistiques.

    L'importance du placenta

    Suzanne King a identifié deux sortes de stress :

    - le stress objectif  : le fait vécu par la mère comme les coupures d'électricité, les pertes d'argent ou le déménagement durant la crise

    - le stress subjectif : le niveau de détresse de la mère après l'événement, jusqu'à six mois après la crise. Est-elle encore perturbée? Quand elle y pense, son coeur bat-il plus vite? Ses mains sont-elles moites?

    Elle s'attendait à un effet important du stress subjectif, mais c'est surtout le stress objectif qui a été déterminant. Ce qui veut dire que même si la mère s'est plutôt bien remise émotionnellement de l'événement, le foetus, lui, peut être marqué. Suzanne King fait l'hypothèse d'une importance capitale du placenta.

    On pourrait voir le placenta comme un organe sensoriel, comme les yeux sont utilisés pour capter les informations de l'environnement extérieur, le placenta capte l'expérience de la mère

    Suzanne King

    En partenariat avec les recherches de Suzanne King à l'Hôpital Douglas, l'INRS de Laval a récupéré en Australie des placentas de femmes enceintes durant les inondations du Queensland en 2011. Les tests qui seront menés permettront de préciser ces recherches.

    Suzanne King aimerait que le Québec s'inspire d'autres pays et conserve les placenta après la naissance afin d'identifier et de prévenir d'éventuels problèmes de développement de l'enfant. En attendant, elle recommande aux femmes d'éviter autant que possible les facteurs de stress comme un déménagement durant la grossesse. Elle encourage également les pères à faire leur part : « Des recherches ont démontré que plus le père donne du soutien à la mère, mieux la femme et l'enfant se portent après la naissance ».

    Les enfants suivis par la chercheuse Suzanne King sont nés en 1998 dans quatre hôpitaux de la Montérégie : Pierre-Boucher (Longueuil), Charles-Le Moyne (Longueuil), Haut-Richelieu (Saint-Jean-sur-Richelieu) et Honoré-Mercier (Saint-Hyacinthe).

    Elle recherche actuellement des jeunes de la région âgés de 17 ans qui accepteront de passer des IRM pour servir de groupe témoin. Pour plus d'informations, écrire à projet.verglas@douglas.mcgill.ca

    Grand Montréal

    Science