•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appui de Québec à la cimenterie de Port-Daniel : « Ça n'a pas de bon sens », selon Ciment-Québec

Le projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons
Le projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons
Radio-Canada

Le propriétaire de Ciment-Québec n'est pas tendre à l'endroit du gouvernement Couillard, qui a donné lundi son appui au projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons en Gaspésie.

Luc Papillon ne voit pas d'un très bon oeil la participation du gouvernement du Québec dans ce projet.

Il dénonce vertement la décision du gouvernement d'y investir 450 millions de dollars. Le propriétaire de Ciment-Québec ne s'explique pas pourquoi le gouvernement Couillard investit près d'un demi-milliard de dollars, au moment où il dit jongler avec un manque à gagner de 3,7 milliards de dollars.

« C'est totalement inéquitable [...] Prenez-le comme vous voudrez en terme de manière de mettre de l'argent dans ce projet-là. C'est quand même un demi-milliard de nos taxes, de nos impôts qui vont être utilisés alors qu'on sait qu'ils recherchent trois ou quatre milliards pour équilibrer leur budget », dit-il.

Luc Papillon dit ne pas comprendre la décision de Québec. Il fait remarquer que les cimenteries existantes québécoises peinent déjà à fonctionner à plein régime.

Il s'insurge contre le fait que les taxes et les impôts des quelque 180 travailleurs de l'usine de Saint-Basile de-Portneuf serviront à aller créer un autre concurrent, en l'occurrence Ciment-McInnis en Gaspésie.

« Là où j'ai de la misère, c'est qu'il faut que je me batte contre mon gouvernement à qui je paie mes impôts, à qui on paie nos taxes [...] Il faut qu'on se batte contre lui dans notre domaine. Ça n'a fait pas de bon sens », lance Luc Papillon.

Selon M. Papillon, la participation de Québec dans ce projet mettra en péril de nombreux emplois dans les cimenteries existantes.

Québec

Société