•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edward Snowden souhaite poursuivre son exil au Brésil

Edward Snowden, lors d'une vidéoconférence devant un comité du Conseil de l'Europe le 8 avril 2014

Edward Snowden, lors d'une vidéoconférence devant un comité du Conseil de l'Europe le 8 avril 2014

Photo : Reuters/Vincent Kessler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Réfugié en Russie depuis bientôt un an, l'ancien consultant de l'Agence nationale de la sécurité (NSA) Edward Snowden affirme avoir transmis une demande d'asile au Brésil, où il souhaite poursuivre son escapade.

L'analyste, dont les révélations sur l'étendue des programmes de surveillance électronique aux États-Unis ont créé une véritable onde de choc à travers le monde, tente par tous les moyens d'échapper à la demande d'extradition de Washington, qui voudrait le traduire en justice pour espionnage et vol de documents gouvernementaux.

Après un bref séjour à Hong Kong, il a trouvé refuge en Russie en juin 2013, mais son droit d'asile prendra fin au début du mois d'août.

« J'adorerais vivre au Brésil », a-t-il confié à la chaîne de télévision brésilienne Globo dans une entrevue diffusée dimanche soir.

Une campagne lancée sur le web pour que le Brésil accorde l'asile à Edward Snowden a recueilli plus d'un million de signatures jusqu'à maintenant.

Le jeune homme est activement recherché par les États-Unis. Ses révélations ont embarrassé l'administration du président Barack Obama et tendu les relations qu'entretient le département d'État avec certains pays alliés, furieux de découvrir que Washington enregistrait même les conversations privées de leurs dirigeants.

Edward Snowden, dans l'oeil de « Big Brother »
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !