•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Inde secouée par de nouveaux viols collectifs

Une manifestation à New Delhi, en Inde, à la suite du viol collectif et du meurtre de deux adolescentes dans le nord du pays.

Photo : Adnan Abidi / Reuters

Radio-Canada

L'Inde est secouée par une nouvelle affaire de viol collectif qui provoque l'indignation nationale et une crise politique. Quatre hommes, dont deux policiers, ont été arrêtés et deux autres sont recherchés pour leur implication dans le viol collectif et le meurtre de deux cousines âgées de 14 et 15 ans.

Les deux adolescentes, disparues mardi alors qu'elles étaient sorties pour aller aux toilettes, ont été retrouvées pendues à un arbre d'un village de l'État de l'Uttar Pradesh, dans le nord du pays, le lendemain. Ce sont des villageois qui ont découvert les corps. Furieux, ils ont exigé, en signe de protestation, que les corps des adolescentes demeurent suspendus, et n'ont permis que l'on décroche les victimes seulement une fois que la police a procédé aux premières arrestations.

La police locale a indiqué que l'autopsie confirme que les victimes avaient été violées et étaient mortes par pendaison.

Le travail des policiers montré du doigt

Les proches des victimes accusent les policiers de n'avoir rien fait lors du signalement de leur disparition en plus d'avoir tenté de protéger les agresseurs. La police aurait ridiculisé le père de l'une des victimes, issu d'une caste inférieure, lorsqu'il est allé demander de l'aide aux policiers pour retrouver sa fille.

L'Inde est aux prises avec un problème répandu de violences sexuelles, selon les défenseurs des droits des femmes. Ils soulignent que les victimes sont souvent pauvres et issues de castes inférieures. Elles se heurtent à un système judiciaire archaïque et mal financé, selon plusieurs organisations des droits de la personne.

Le premier ministre de l'État d'Uttar Pradesh, Akhilesh Yadav, a ordonné la tenue d'un procès, selon un processus accéléré pour éviter les délais endémiques de la justice indienne. Il s'est toutefois moqué des journalistes qui le questionnaient au sujet de cette nouvelle affaire de viols collectifs. Pendant que des images du corps des deux jeunes filles suspendus à un arbre sont diffusées en boucle à la télévision indienne, le ministre raille les journalistes : « Est-ce que vous n'êtes pas en sécurité? Êtes-vous en danger? », a-t-il demandé. « Alors pourquoi vous inquiétez-vous? Pourquoi est-ce que vous vous occupez de ça? »

Une autre adolescente a été violée en groupe et étranglée dans la circonscription électorale du père de M. Yadav, Mulayam Singh Yadav. Leader régional du parti Samajwadi, ce dernier avait provoqué un scandale au cours de la dernière campagne électorale en minimisant la portée des viols. « Les garçons resteront toujours des garçons; commettent des erreurs, allons-nous les pendre pour ça? », s'était-il interrogé au sujet de la peine de mort appliquée dans certains cas de viols.

Le ministre de l'Intérieur Rajnath Singh a demandé au gouvernement de l'État de l'Uttar Pradesh de produire un rapport sur l'affaire des deux adolescentes violées et pendues. Il s'agit de l'un des premiers défis pour le nouveau gouvernement du premier ministre Narendra Modi. Des manifestations secouent le pays pour dénoncer les violences sexuelles et les critiques de la communauté fusent.

Une autre affaire de viol retient l'attention des Indiens. Un homme a été arrêté pour le viol d'une femme, le 11 mai dernier dans la ville de Etawah. Mais cette affaire a fait une autre victime lorsque cinq hommes ont roué de coups la mère de la victime du viol parce qu'elle refusait de retirer sa plainte. La femme a été rouée de coups et repose dans un état critique à l'hôpital. Trois de ses agresseurs ont été arrêtés et deux autres sont recherchés.

Multiplication des cas de violences sexuelles

En décembre dernier 2012, une étudiante de 23 ans avait été sauvagement agressée, battue et violée dans un autobus avant d'être jetée sur le trottoir par cinq hommes, à New Delhi. Son compagnon avait été battu. Elle est morte de ses blessures.

En janvier 2013, une femme de 29 ans a été violée dans l'État du Pendjab alors qu'elle se trouvait elle aussi dans un autobus.

Une touriste suisse a été agressée en mars 2013 et une journaliste a également été violée en août 2013.

Avec les informations de Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International