•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Tricolore éliminé

Henrik Lundqvist, Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk

Henrik Lundqvist, Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

NEW YORK – Comme en 2010, le printemps magique du Canadien a pris fin au seuil de la grande finale.

Un texte de Guillaume LefrançoisTwitterCourriel

Les Rangers de New York ont éliminé le Tricolore grâce à une victoire de 1-0, jeudi, dans le sixième match de la finale de l'Est.

« La défaite fait très mal, parce que plus tu avances en séries, plus ça fait mal, a résumé l'entraîneur-chef du Canadien Michel Therrien. Il y a 29 équipes qui sont déçues à la fin de la saison, et une qui est heureuse. Mais si tu regardes l'ensemble de notre saison, je suis fier de cette équipe. »

« C'est vraiment difficile en ce moment, a ajouté l'attaquant Max Pacioretty. On était si près. Si on avait gagné ce match, on aurait été très durs à battre dans notre amphithéâtre. »

Les New-Yorkais accèdent donc à la finale de la Coupe Stanley pour la première fois depuis leur conquête du titre en 1994. Pour l'entraîneur-chef Alain Vigneault, c'est aussi un joli pied de nez aux Canucks de Vancouver, qui l'ont congédié en mai dernier.

Dans l'autre camp, l'attente des Montréalais pour une première finale depuis celle de 1993 se poursuivra au moins jusqu'en 2015.

Du jeu serré

Dans une série où chacune des deux équipes a connu un match de sept buts, le hockey ne ressemblait pas toujours à ce que l'on voit habituellement au printemps. C'était vrai jusqu'à ce match 6.

Un seul but a été marqué, et il est venu du quatrième trio des Rangers. Dominic Moore a donné la victoire aux « Blueshirts » avec un but inscrit à moins de deux minutes de la fin de la deuxième période, à l'issue d'une présence inspirée de son unité.

Moore inscrit donc le deuxième but gagnant de sa carrière dans un match à élimination, après celui contre les Capitals de Washington au premier tour en 2010. Il portait justement alors l'uniforme du CH. Mais surtout, c'est pour lui un fait marquant dans une saison haute en émotion, sa première depuis le décès tragique de son épouse, Katie, d'une forme rare de cancer du foie.

« Je me sens tellement fier de faire partie de cette équipe, a raconté Moore. Je suis très reconnaissant envers mes coéquipiers, qui m'ont aidé à traverser la dernière année. »

À l'autre bout, Henrik Lundqvist n'a pas eu à trimer très dur pour son neuvième jeu blanc en séries dans la LNH. Contre des Rangers suffocants, les véritables chances de marquer des visiteurs se comptaient sur les doigts d'une main, et quand il a été sollicité, il a bien répondu. On n'a qu'à penser à son arrêt du bloqueur en deuxième période contre Thomas Vanek, un joueur qui n'aura finalement jamais eu le temps de se remettre en marche.

Pour Lundqvist, c'était la meilleure façon de se racheter après une performance douteuse dans le match 5 de la série.

« Tu vis des hauts et des bas, tu te remets en question, mais tu dois finir par croire en ce que tu fais, a dit le gardien suédois. J'ai été dans cette situation contre les Flyers (au premier tour), je me suis fait retirer du match, mais tu dois garder confiance. Je n'ai pas eu à en faire beaucoup aujourd'hui (NDLR : 18 arrêts), les joueurs ont si bien performé. Mais tu dois être dans de bonnes dispositions mentales pour faire les arrêts quand vient le moment. »

Nerveux?

Toute la soirée, le Canadien a semblé manquer de vigueur à l'attaque. La situation crevait les yeux en début de troisième période. L'équipe n'a rien pu générer en avantage numérique, malgré un retard d'un but et une saison à sauver. Le premier tir de la période, en provenance de la zone neutre, a finalement été enregistré à la 10e minute...

« On aurait dit qu'on paniquait avec la rondelle, moi en particulier, a estimé Pacioretty. On doit être meilleurs quand on met de la pression pour marquer, mais on semblait paniquer. »

« On avait de la difficulté à générer de l'attaque. Donc, dans ce temps-là, tu tentes des choses que tu ne devrais pas faire. Et c'est ce qu'on a fait en troisième, a jugé Therrien. Le jeu défensif va toujours avoir l'avantage sur le jeu offensif, et c'est ce qu'ils ont eu ce soir. »

On a fait grand cas de l'absence de Carey Price dans cette série, mais au final, le numéro 31 aurait difficilement pu régler les problèmes du Canadien dans ce sixième match. Dustin Tokarski a offert un dernier effort intéressant, et sa tenue au cours de cette série fera certainement réfléchir l'état-major du Tricolore au sujet de la situation devant le filet, derrière Price, cet été.

À noter

  • Les Rangers deviennent la première équipe, depuis l'instauration du format à quatre séries 4 de 7, à atteindre la finale de la Coupe Stanley après avoir remporté les deux premiers tours en sept matchs.
  • Raphael Diaz a remplacé John Moore, suspendu, à la ligne bleue des Rangers. Pour le Tricolore, Brandon Prust était de retour au jeu et a pris la place de Dale Weise, blessé.
Séries 2014; Section spéciale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !