•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une section du fleuve Yukon pose des risques importants

Un kayakiste navigue dans la section du fleuve Yukon considérée très dangereuse.

Un kayakiste navigue dans la section du fleuve Yukon considérée très dangereuse.

Photo : (CBC)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs résidents de Whitehorse s'inquiètent des risques de noyade accrus dans une section du fleuve Yukon le long du sentier Millenium.

Durant la dernière décennie, trois personnes ont perdu la vie dans les eaux tumultueuses de cette partie du fleuve où l'on retrouve des conduites de prise d'eau.

Bien que les résidents de Whitehorse et les personnes qui naviguent sur cette section du fleuve reconnaissent tous les dangers présents, une solution tarde à se dessiner.

Cord Hamilton, ingénieur et résident de Whitehorse, est préoccupé par les risques de noyade posés par le fleuve Yukon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cord Hamilton, ingénieur et résident de Whitehorse, est préoccupé par les risques de noyade posés par le fleuve Yukon.

Photo : (CBC)

« Nous savons que les conditions ont changé », mentionne Cord Hamilton, ingénieur préoccupé par les risques inhérents au fleuve. « C'est ce que j'ai remarqué par mes propres observations et en discutant avec d'autres personnes. »

« Nous pensons également à ces personnes qui se sont noyées. Nous devons vraiment nous interroger. Qu'est-ce qui se passe? Quelle en est la cause? Est-ce que cette partie du fleuve présente un niveau de risque acceptable? »

3 noyades en 10 ans

  • Nicolas Close-Silverfox, âgé de 19 ans, est mort en 2013 en tentant de sauver son chien.
  • En 2007, Benjie Correos a sauté dans les eaux du fleuve pour repêcher son fils de 7 ans tombé à l'eau. Des passants lui ont prêté main-forte. L'enfant a survécu, mais M. Correos n'a pu être sauvé.
  • Paula Riehl, 23 ans, a également perdu la vie en 2004 lorsqu'elle a glissé de sa chambre à air qui flottait sur le fleuve.

Érosion des berges

Bob Daffe, instructeur de canot-kayak, sait que cette section du cours d'eau est très dangereuse. Il s'inquiète cependant davantage des tourbillons en amont causés par les conduites de prise d'eau qui sont de plus en plus grands et plus dangereux en raison de l'érosion des rives.

« Pour des raisons de sécurité, je pense que c'est ce qu'il faudrait changer. Peut-être remettre les berges comme elles étaient auparavant. Nous savons tous que c'était plus sécuritaire à ce moment-là », ajoute-t-il.

Dans la même ligne de pensée, le président du Club de canot-kayak du Yukon, John Quincy, indique que l'érosion des berges s'est accrue après un embâcle important en 2004.

Il n'a rien contre l'idée d'enlever les conduites de prise d'eau de cet emplacement, mais il met en garde contre des changements qui pourraient causer des problèmes en aval, le long du fleuve.

Graham Wilson, canoéiste d'expérience et auteur d'un guide sur les fleuves et rivières du Yukon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Graham Wilson, canoéiste d'expérience et auteur d'un guide sur les fleuves et rivières du Yukon.

Photo : (CBC)

Graham Wilson est un canoteur et l'auteur d'un guide de canot-kayak au Yukon qui connaît très bien ce tronçon.

« Les gens ne se rendent pas compte à quel point cette partie du fleuve est dangereuse », dit-il. Selon lui, les trois noyades et les panneaux de mise en garde ne sont pas suffisants.

Si vous avez de l'eau au-dessus des genoux, vous pouvez être emporté très rapidement par le courant.

Une citation de :Graham Wilson, canoteur et auteur d’un guide sur les cours d'eau du Yukon

Enlever les conduites de prise d'eau

M. Wilson croit que l'une des raisons des dangers liés à cette section est due aux vieilles conduites de prise d'eau.

Ces conduites ont été installées dans les années 1950. Il y a environ 10 ans, des efforts ont été entrepris pour dégager l'endroit des débris amassés et mettre des rochers pour créer un parcours intéressant pour les kayakistes.

« Le courant est très fort et ces obstacles créent des conditions dangereuses », mentionne-t-il.

« J'aimerais que l'on enlève tous ces obstacles. J'aimerais voir de nouveau le fleuve couler librement. Ces obstacles n'ont plus leur raison d'être et créent des conditions dangereuses. »

L'auteur souligne aussi qu'il y a de plus en plus de personnes aux abords de cette partie du fleuve. De nouveaux logements pour les familles monoparentales ont notamment vu le jour à proximité, augmentant les risques d'accident potentiel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !