•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Empress of Ireland : récit d'une nuit tragique sur le Saint-Laurent

Il y a 100 ans, l'Empress of Ireland sombrait dans le fleuve Saint-Laurent, au large de Sainte-Luce. Le reportage de Catherine St-Vincent Villeneuve.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 100 ans, jour pour jour, le navire l'Empress of Ireland sombrait au large de Saint-Luce. Au coeur des commémorations qui ont lieu à Rimouski, l'histoire tragique des passagers d'un grand paquebot qui s'est abîmé en quelques minutes seulement, dans les eaux glacées du fleuve Saint-Laurent.

Undated photo of the Canadian Pacific Steamship Line, Empress of Ireland. 170m long, 20m beam. Left Quebec City for Liverpool 28 May 1914, rammed and sank at 2am on the 29th near Rimouski Quebec, One of the worst maritime disasters in history.

Photo : Alexander J. Ross-Library Archives Canada PA-134921

Il y a 100 ans, jour pour jour, le navire l'Empress of Ireland sombrait au large de Saint-Luce. Au coeur des commémorations qui ont lieu à Rimouski, l'histoire tragique des passagers d'un grand paquebot qui s'est abîmé en quelques minutes seulement, dans les eaux glacées du fleuve Saint-Laurent.

Nous sommes en mai 1914, deux mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'Empress of Ireland assure alors une liaison de façon régulière entre la ville de Québec et celle de Liverpool, en Angleterre.

La compagnie Canadian Pacific Steamship a commandé deux paquebots jumeaux à la Fairfield Shipbuilding and Engineering Company. L'Empress of Britain et l'Empress of Ireland ont fait leurs voyages inauguraux au cours de l'été 1906. Ils ont tous deux établi des records de vitesse et sont très rapidement devenus populaires pour leur taille ainsi que leur confort.

Le 28 mai 1914, l'Empress of Ireland quitte le port de Québec à 16 h 27. Le navire entreprend sa 192e traversée de l'Atlantique en direction de Liverpool. 1477 personnes prennent place à bord. Pour les passagers, la soirée est douce, c'est l'allégresse.

Au même moment, à 16 h 30, le charbonnier norvégien Storstad remonte le Saint-Laurent, environ à la hauteur de Sainte-Anne-des-Monts. Ses cales contiennent 10 000 tonnes de charbon en provenance de la Nouvelle-Écosse, Il est rempli au maximum de sa capacité.

Un voyage de courte durée

Dans la nuit le brouillard se fait épais. À 1 h 55, le Storstad, surgissant du brouillard, frappe l'Empress of Ireland du côté tribord, entre les deux cheminées. Parce qu'il a amorcé une marche arrière, et que l'Empress of Ireland progresse toujours vers l'avant, le charbonnier demeure peu de temps dans la brèche et l'eau s'engouffre rapidement dans le paquebot.

Un premier message de détresse est émis par l'Empress of Ireland une minute plus tard, afin de signaler la collision.

À 2 h 05, environ 10 minutes après l'impact, l'Empress se renverse sur la droite. À bord, c'est la panique générale. Les membres de l'équipage et les passagers manquent de temps pour remplir les canots et les mettre à l'eau

À 2 h 09, 14 minutes après la collision l'Empress of Ireland disparaît sous la surface.

Les embarcations tentent tant bien que mal de porter secours aux survivants.

Un mois après le naufrage de l'Empress of Ireland, la tragédie sombre rapidement dans l'oubli de l'autre côté de l'Atlantique. L'Europe est en émoi après l'assassinat de Francois Ferdinand, héritier de l'empire austro-hongrois, l'élément déclencheur de la Première Guerre mondiale.

Le Storstad connaît lui aussi une fin tragique. Il est torpillé et coulé en 1917 par un sous-marin allemand, au nord de l'Irlande.

Il est difficile encore aujourd'hui d'attribuer clairement la responsabilité du naufrage de l'Empress à l'un ou l'autre des équipages, malgré la tenue de diverses enquêtes à l'époque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec