•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama prêt à entraîner des rebelles syriens

Des rebelles syriens attaquent les forces gouvernementales au mortier, le 26 mai 2014.

Des rebelles syriens attaquent les forces gouvernementales au mortier, le 26 mai 2014.

Photo : ? Stringer . / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Barack Obama va donner son aval pour que le Pentagone fournisse un entraînement militaire à certains rebelles syriens modérés, afin de faire contrepoids aux extrémistes liés à Al-Qaïda, selon des sources citées par l'Associated Press et le Wall Street Journal.

« Le président affichera clairement son intention d'étendre notre soutien à l'opposition syrienne modérée et aux voisins de la Syrie qui font face aux menaces terroristes émanant de la situation crée par [Bachar] Al-Assad en Syrie », a expliqué un haut responsable de l'administration au Wall Street Journal sous le couvert de l'anonymat.

M. Obama pourrait annoncer le changement de position des États-Unis lors d'un discours qu'il lira mercredi à la prestigieuse académie militaire de West Point.

Les États-Unis ont déjà mis en place un programme officiel pour aider les rebelles syriens, mais l'aide fournie est non létale. Elle s'élève à 287 millions de dollars. Il est aussi connu que la CIA participe à un programme secret destiné à fournir une formation militaire aux rebelles syriens modérés à partir de la Jordanie.

Pression des pays alliés

Cette fois-ci, le président Obama compterait mettre en place un programme destiné à fournir un entraînement militaire et des armes à certains rebelles modérés. La décision d'impliquer le Pentagone de manière ouverte est le résultat d'un an de discussions au sein du gouvernement américain. Les responsables américains souhaitent accroître la pression sur le régime de Bachar Al-Assad, tout en évitant une montée en puissance des extrémistes liés à Al-Qaïda.

Les États-Unis étaient aussi réticents à aider militairement les rebelles syriens, de crainte d'être entraînés dans un conflit au Moyen-Orient. L'administration américaine estime par ailleurs qu'il est difficile de s'assurer du caractère modéré des rebelles qui seront amenés à être entraînés et armés.

Toutefois, les responsables américains se montrent désormais beaucoup plus ouverts à l'idée de fournir un entraînement militaire aux rebelles syriens modérés. Ce changement de position est principalement dû à la montée en puissance des groupes de combattants proches d'Al-Qaïda. Les alliés des États-Unis dans la région ont aussi fait pression sur l'administration Obama afin qu'elle fournisse un entraînement militaire aux rebelles.

La CIA fournirait des armes

L'Armée syrienne libre est le principal groupe d'opposition qui combat les troupes de Bachar Al-Assad et les groupes extrémistes proches d'Al-Qaïda opposés au régime de Damas.

Selon le Wall Street Journal, le Pentagone fournirait l'entraînement militaire aux rebelles et la CIA les équiperait en armes. Mais des questions restent en suspens. Les pays alliés aux États-Unis pourraient se montrer peu enclins à vouloir accueillir les rebelles syriens sur leur territoire. Par ailleurs, il faudrait une législation spécifique si les États-Unis comptent fournir des armes aux rebelles. La semaine dernière, un comité du Sénat américain a donné son aval pour que le Pentagone puisse fournir du matériel militaire aux rebelles modérés.

L'administration américaine devra aussi choisir quels types d'armes la CIA devrait fournir aux rebelles. Selon la radio publique américaine NPR, le groupe rebelle modéré Harakat Hazm a reconnu avoir reçu 50 missiles antichars. Cette première livraison constituait un « test ».

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !