•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Mommy et les autres : combien coûte un prix à Cannes?

    Radio-Canada

    Avec le Prix du jury à Cannes de Xavier Dolan, le cinéma québécois s'est retrouvé sous les feux la rampe internationale. Mais comment se compare Mommy avec les autres films en compétition au niveau du budget?

    Un reportage de Florent DaudensTwitterCourriel et de Laurence NiosiTwitterCourriel

    Selon les informations obtenues par Radio-Canada, Xavier Dolan a disposé d'un budget de près de 5 millions de dollars pour son dernier film. Ce qui fait de Mommy un film sous la moyenne des budgets du palmarès cannois des longs métrages cette année, moyenne qui se chiffre à 7,5 millions.(Lisez l'article après le graphique ci-dessous)

    Pour regarder le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

    Et si l'on se fie aux autres films primés, les récompenses sont presque inversement proportionnelles aux budgets. Notre compilation montre que la Palme d'or, Winter Sleep, a coûté 4,4 millions de dollars. Le Grand Prix, La Meraviglie, 3,7 millions. Quant au film de Jean-Luc Godard, Adieu au langage, ex aequo avec celui de Xavier Dolan, il a coûté 2,8 millions.

    Les films plus chers ont récolté cette année des prix de catégorie, en scénarisation ou en interprétation. Seules manquent les données pour Foxcatcher.

    Les lauréats

    • Palme d'or : Winter sleep 
    • Grand prix : Le meraviglie
    • Prix de la mise en scène : Foxcatcher
    • Prix du jury : Mommy / Adieu au langage
    • Meilleur scénario : Léviathan
    • Meilleure interprétation féminine : Maps to the stars
    • Meilleure interprétation masculine : Mr. Turner

    Dans son discours de remerciement, le cinéaste québécois a mis de l'avant l'audace plutôt que l'argent. « Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n'abandonne jamais. Et puisse, je l'espère, ce prix en être la preuve la plus rayonnante. ».

    Il n'y a pas de limites à notre ambition à part celles que nous nous donnons et celles que les autres nous donnent.

    Xavier Dolan

    Audace qui porte fruit si l'on se fie aux déclarations de l'un des membres du jury, Nicolas Winding Refn : « C'est un film superbe, une révolution technique. Dorénavant, tout le monde peut créer une histoire, un film, il n'y a plus d'excuse possible ». Les critiques québécoises et internationales ont aussi été dithyrambiques pour la plupart (Nouvelle fenêtre).

    Une planche de salut pour le cinéma d'ici?

    Cette récompense pourrait insuffler un peu d'espoir au cinéma québécois qui a vécu des années difficiles. En 2012, il a connu sa pire année en 10 ans, passant sous la barre des 5 % de parts de marché des films présentés en salle au Québec.

    L'année suivante a amené un léger regain et plusieurs réalisateurs québécois se sont illustrés à l'étranger, mais la situation demeure préoccupante.

    « Il y a une flamme à raviver chez le public québécois », a déclaré à ce propos Xavier Dolan pendant le Festival de Cannes.

    Allons voir [les films québécois] et faisons-nous une tête par nous-mêmes, au lieu d'essayer de se commander des films américains drôles qu'on n'a pas le budget de se payer.

    Xavier Dolan

    Cette récompense de Xavier Dolan intervient dans un contexte budgétaire d'austérité au Québec. La nouvelle ministre de la Culture, Hélène David, a déclaré la semaine dernière vouloir « protéger » les enveloppes pour financer les jeunes créateurs.

    Économie