•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine accuse les États-Unis de cyberespionnage

Chargement de l’image

Les locaux de la NSA à Fort Meade, au Maryland.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Semansky / AP

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chine accuse les États-Unis de cyberespionnage « sans scrupule » via des attaques informatiques de « grande ampleur » à son encontre dans un rapport publié lundi, une semaine après l'inculpation de militaires chinois aux États-Unis pour cyberespionnage.

« La surveillance américaine a pour cible le gouvernement et les dirigeants chinois, les sociétés chinoises, les instituts de recherche scientifique, les citoyens ordinaires et un grand nombre d'utilisateurs du téléphone mobile », lit-on dans le rapport de l'Académie chinoise du cyberespace.

Les sociétés Huawei Technologies et Tencent Holdings, pour son service de messagerie instantanée, ainsi que les ministères du Commerce et des Affaires étrangères, figurent parmi les cibles des services américains de renseignements de la NSA, affirme le rapport qui estime que les États-Unis espionnent « les quatre coins de la Chine ».

« Les opérations d'espionnage de l'Amérique vont très au-delà de la logique juridique de l'antiterrorisme et montrent au grand jour le visage repoussant de la poursuite de son intérêt personnel au mépris total de l'intégrité morale », lit-on en conclusion du rapport.

L'Académie dit avoir pris pour point de départ les articles de la presse étrangère sur les révélations du consultant américain de la National Security Agency (NSA) américaine.

Ces informations ont permis de confirmer, au terme d'une enquête de « plusieurs mois », « l'existence d'activité d'espionnage dirigée contre la Chine », indique le rapport.

Lundi dernier, un grand jury américain a inculpé cinq membres de l'armée chinoise pour cyberespionnage à l'encontre de plusieurs entreprises américaines impliquées dans les secteurs du nucléaire, des métaux et de l'énergie solaire. C'est la première fois que la justice américaine accuse publiquement la Chine de cyberespionnage.

Dans la foulée, la Chine avait convoqué l'ambassadeur des États-Unis, Max Baucus, pour protester contre les inculpations des militaires. 

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !